Le Moniteur des Pharmacies n° 2683 du 23/06/2007
 

Enquête

Un an après la fin du monopole pharmaceutique sur le non-remboursable en Italie, on compte 800 points de vente, hors pharmacie, qui vendent de l'OTC, avec des 20 à 30 % inférieurs. Les clients sont satisfaits, la grande distribution se dit déçue et les pharmaciens loin d'être abattus.


Depuis un an, les consommateurs italiens peuvent acheter leur aspirine en grande surface. Une révolution ! Retour en arrière. Fin juin 2006, le gouvernement de centre-gauche de Romano Prodi adopte par décret en Conseil des ministres toute une série de mesures destinées à libéraliser divers secteurs de services, protégés jusque-là par de vieux règlements. Prenant tout le monde par surprise, le gouvernement part donc en croisade contre plusieurs corporations : taxis, avocats, banquiers, assurances mais aussi pharmaciens. Dès le mois d'août, la loi dite Bersani, du nom du ministre du Développement économique qui l'a mise au point, est publiée au Journal officiel. Elle autorise la vente au public dans tous les commerces de « médicaments OTC ou d'automédication ainsi que de tous les produits non sujets à prescription médicale ». ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...