Le Moniteur des Pharmacies n° 2683 du 23/06/2007
 

PROFESSION

Actualité


Michèle Conraux, Hayange (Moselle)Avant la présidentielle, nous étions sur un nuage car les déclarations des candidats n'étaient que de la propagande électorale. Il était évident qu'elles n'allaient pas heurter les piliers de la pharmacie française. Notre gouvernement est profondément libéral et je crains qu'il ne nous défende timidement. Nous avons une ministre de la Santé pharmacienne, on peut espérer qu'elle est consciente de nos problèmes. Je suis confiante sur le maintien du numerus clausus car, dans les pays où il a été levé, le déséquilibre s'est créé avec une surconcentration d'officines en milieu urbain et une désertification rurale. Sur la propriété de l'officine et le monopole, je crains le pire. Françoise Leydier, Saint-Etienne (Loire)Je ne crois pas que le nouveau gouvernement en place nous défendra plus que l'ancien. Il est ultralibéral ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...