Le Moniteur des Pharmacies n° 2676 du 05/05/2007
 

Edito


Le plan ministériel présenté par Philippe Bas destiné à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques est en soi une intention louable. Que l'éducation thérapeutique n'ait pas suffisamment trouvé sa place dans les pratiques médicales, c'est incontestable. Que l'on développe la prévention, y compris au cabinet du médecin, on s'en réjouit. Que l'on rémunère au passage l'activité d'éducation du patient en médecine de ville, pourquoi pas. Que les infirmiers, les orthoptistes ou les kinésithérapeutes soient reconnus comme de nouveaux acteurs de prévention, cela semble tout à fait normal. Mais les pharmaciens dans tout ça, quel rôle vont-ils tenir ? Pourquoi sont-ils les laissés-pour-compte de ce plan ? Ne sont-ils pas capables, aux yeux des autorités de tutelle, d'être autrement plus contributifs que dans la distribution de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...