Le Moniteur des Pharmacies n° 2675 du 28/04/2007
 

PROFESSION

Actualité

Enquête


Tous les officinaux connaissent la nécessité de déclarer à leur centre régional de pharmacovigilance les effets indésirables des médicaments et des produits. Mais combien le font ? Par manque de temps, parce que la déclaration paraît compliquée ou parce que les formulaires CERFAH sont introuvables. « Seules 10 % des déclarations sont faites par les pharmaciens sur le territoire, déclare le Pr Perault-Pochat, présidente de l'association des Centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV). Je crains le risque d'interactions et de surdosage dans l'automédication qui, si elle doit se développer, doit être accompagnée. » Afin de faciliter les déclarations officinales, le groupement Giphar a mis au point un accès simplifié au formulaire de déclaration via son logiciel*. Une fois renseigné, ce formulaire est directement envoyé par courrier électronique au CRPV dont dépend l'officine ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...