Le Moniteur des Pharmacies n° 2672 du 07/04/2007
 

L'ÉVÉNEMENT

Actualité

Pour la première fois, une étude française* s'est intéressée à la traçabilité et au coût des médicaments non utilisés (MNU) en maison de retraite. Verdict ? Les MNU observés dès la préparation des traitements en pilulier, donc facturés, atteignent une proportion stupéfiante. De quoi se poser des questions dans la perspective du papy-boom.


Réalisée par trois chercheurs de Paris-V, l'étude « TCMNU1-IDEPC » a mesuré pendant quatre mois l'écart entre les quantités prescrites et délivrées à près de 2 300 malades résidant dans 48 maisons de retraite approvisionnées par 34 officines. Cet écart correspond donc aux médicaments non nécessaires au traitement. Un danger potentiel et un gaspillage évitable, car tous les MNU sont détruits, même ceux restés sous contrôle pharmaceutique. Quant aux unités galéniques correspondant au traitement, elles ont été reconditionnées dans des piluliers nominatifs délivrés au patient. Résultat ? 85 549 boîtes de médicaments ont été délivrées pendant la période de l'étude, dont 62 008 (représentant 1 414 spécialités) ont donné lieu à une préparation des doses à administrer (PDA). Cette tâche n'a pas été assurée par le personnel infirmier de l'établissement ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...