Le Moniteur des Pharmacies n° 2642 du 23/09/2006
 

RÉGION

Actualité


Les 2 000 à 3 000 habitants du quartier défavorisé du Mas-de-Mingue, à Nîmes, ont du mal à croire aux raisons qui ont conduit à la fermeture de leur officine il y a un mois, après onze années d'imbroglio juridique suite à une erreur administrative. Et une rumeur circule : parce qu'il y aurait trop de pharmacies à Nîmes, préfecture, Ordre et syndicat de pharmaciens auraient décidé de « faire le ménage » dans les quartiers les plus défavorisés. « Il y a bien douze officines en trop à Nîmes eu égard au quorum, convient Eric Garnier, coprésident du syndicat départemental des pharmaciens. Mais cette fermeture n'a rien à voir avec l'intention de qui que ce soit de nuire à ce quartier. » En fait, en baissant son rideau le ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...