Le Moniteur des Pharmacies n° 2637 du 15/07/2006
 

RECHERCHE

Actualité

Améliorer de 40 % la survie des patients atteints de cancer du rein métastatique est désormais possible grâce aux inhibiteurs de la tyrosine-kinase à action antiangiogénique. Eclairage du Dr Bernard Escudier, chef de l'unité d'immunothérapie de l'Institut Gustave-Roussy à Villejuif.


Quelle est la stratégie antiangiogénique du cancer du rein ? Inhiber l'angiogenèse au sein d'une tumeur revient à l'empêcher de s'alimenter en bloquant sa néovascularisation. Des anticorps monoclonaux dirigés contre le VEGF, un facteur de croissance de la vascularisation, ont déjà montré une efficacité. L'utilisation d'inhibiteurs de la tyrosine-kinase actifs par voie orale permet d'obtenir les mêmes effets sans viser la même cible thérapeutique. Les inhibiteurs de la tyrosine-kinase bloquent le récepteur au VEGF, tandis que les anticorps bloquent les VEGF circulants. On espère de meilleurs résultats en combinant les deux. Un premier essai de faisabilité a été présenté à l'American Society of Clinical Oncology avec des résultats prometteurs. Une étude sera mise en place à la rentrée pour le vérifier. Un inhibiteur de la tyrosine-kinase a été particulièrement médiatisé, est-ce le ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...