Le Moniteur des Pharmacies n° 2636 du 08/07/2006
 

FINANCES

Entreprise


Une titulaire de l'Isère vient de faire une amère expérience. Alors qu'elle utilisait le principe de la vente à soi-même pour modifier le statut de sa pharmacie, et malgré une négociation faite en confiance avec son agence du Crédit lyonnais et un rédacteur d'acte (avocat pour un groupement de pharmaciens), elle découvre, lors de la signature du contrat, une demande de séquestre formulée pour Interfimo. Suite à cette demande, un chèque est bloqué durant 18 jours sur le compte CARPA de l'avocat, puis encaissé avec une date de valeur à + 5 jours. Ce découvert imprévu entraîne des pénalités à hauteur de 8 000 Euro(s). Une situation jugée abusive par cette titulaire qui espère, en vain, une transaction avec son banquier. Dans la plupart des dossiers analogues, le séquestre n'est pas ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...