Le Moniteur des Pharmacies n° 2626 du 29/04/2006
 

Actualité

L'événement


L'affaire de la pharmacie Demours (voir p. 12) doit nous remettre en mémoire qu'il est très difficile au pharmacien de dégager sa responsabilité en matière de préparations magistrales. En cas de dommages causés à une victime suite à l'ingestion d'une préparation, un pharmacien pourra parfois essayer d'invoquer le « risque de développement » (argumenter que les risques de telle préparation n'étaient pas connus en l'état de la science). Mais l'avocat de la victime l'attaquera sur le plan de la faute en arguant qu'en tant que producteur, c'était à lui de réaliser des études préalables. Si le pharmacien tente de se justifier en expliquant qu'il a obéi à une prescription et que le fournisseur de la matière première lui en a garanti la qualité, le juge rétorquera qu'il ne fallait pas fabriquer la ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...