Le Moniteur des Pharmacies n° 2620 du 18/03/2006
 

SANTÉ PUBLIQUE

Actualité


Les recommandations de l'Académie nationale de médecine sont on ne peut plus catégoriques. Pour traiter le paludisme, l'halofantrine et la méfloquine ne devraient pas être prescrites à un patient dans les circonstances suivantes : découverte dans l'anamnèse d'une syncope inexpliquée ou d'un cas de mort subite dans la famille ; présence d'une cardiopathie connue même bien stabilisée ; anomalie cardiovasculaire même bénigne comme un souffle, une hypertension artérielle labile, des extrasystoles sur coeur apparemment sain ; prise d'un traitement diurétique, antiarythmique, antihypertenseur ou de médicaments soit susceptibles d'allonger l'espace QT, soit à risque de provoquer des torsades de pointes. Sans oublier la notion de traitement antipaludique préalable par l'halofantrine ou la méfloquine car, dans ce cas, un risque de choc anaphylactique ou d'hémolyse grave ne peut être écarté. En chimioprophylaxie, les ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...