Le Moniteur des Pharmacies n° 2607 du 10/12/2005
 

ÉQUIPE

Entreprise

Entre le management paternaliste bon enfant et le management directif, il est parfois difficile de trouver le juste milieu. Une démarche pourtant essentielle pour fédérer ses collaborateurs autour d'un projet et atteindre ses objectifs.


Pour Daniel Muller, manager senior chez Cegos, responsable du pôle santé, le paternalisme n'est pas un mode managérial mais avant tout une attitude démagogique, souvent générationnelle, confortable pour le manager qui souvent n'a pas été formé à la gestion des ressources humaines. Ce dernier estime pouvoir gérer son équipe et prévenir les conflits par l'affectif. A contrario, les jeunes qui s'installent et éprouvent plus de difficultés à rentabiliser leur pharmacie adopteraient plus spontanément un management directif, fondé sur la définition d'objectifs précis et la rentabilité. « Le paternalisme n'est pas un problème en soi, juge Daniel Muller. Etre à l'écoute de ses collaborateurs, les protéger, se montrer sympathique font aussi partie du rôle du manager. Tout est affaire de degré ! Quand on en arrive à excuser son équipe de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...