Le Moniteur des Pharmacies n° 2598 du 08/10/2005
 

RECHERCHE

Actualité

Didier Mazel est directeur de l'unité Postulante plasticité du génome bactérien, CNRS-Institut Pasteur, Paris.


- Tous les vibrions cholériques ne sont pas pathogènes. Mais dès lors qu'ils côtoient le bactériophage CTX, ils deviennent responsables des diarrhées mortelles du choléra. Des chercheurs français, cubains et anglais viennent de découvrir le mécanisme moléculaire par lequel le virus rend le vibrion pathogène. Explications de Didier Mazel. Pouvez-vous expliquer ce mécanisme et sa portée scientifique ? Depuis 1997, nous savions que le vibrion cholérique était rendu pathogène par un virus. Aujourd'hui, nous avons décortiqué le mécanisme moléculaire sous-jacent. En infectant le vibrion, le bactériophage CTX détourne la machinerie cellulaire de son hôte pour se multiplier et ainsi se propager. Pour y parvenir, le CTX intègre son génome dans celui du vibrion, qui acquiert au passage la capacité de produire la toxine cholérique. Jusque-là, l'explication semble simple. Mais sur le plan ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...