Le Moniteur des Pharmacies n° 2594 du 10/09/2005
 

Actualité

Enquête

Si le générique se porte plutôt bien dans la plupart des cas, il existe, au sein de la profession, de fortes disparités dans les taux de substitution. Et les TFR tombent. Les uns payent-ils pour les autres ? Les « gros substitueurs » parlent aux plus « faibles ». Et inversement.


A l'heure où les TFR au fil de l'eau s'institutionnalisent, il paraît de plus en plus évident que leur multiplication sera inexorable si tous les pharmaciens ne se mettent pas à la substitution. L'Assurance maladie l'a compris : leurs délégués ont sillonné depuis juillet les officines françaises pour prêcher la bonne parole et une nouvelle vague de visites est prévue à partir de septembre. Au-delà des chiffres et des statistiques, nous avons voulu savoir comment les acteurs de terrain, gros et faibles substitueurs, caisses, voyaient leurs responsabilités respectives vis-à-vis de cette situation. Et collecter en même temps des points de vue plus politiques. Faut-il mutualiser les efforts et les sanctions (TFR) et considérer avec tolérance les officinaux qui ne développent pas le générique ? Faut-il, au contraire, mettre chacun face à ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...