Le Moniteur des Pharmacies n° 2584 du 28/05/2005
 

ÇA N'ARRIVE PAS QU'AUX AUTRES

Entreprise


Les époux G. ont été victimes à 13 reprises, entre septembre 1987 et mars 1999, de cambriolages de leur fonds de commerce en dépit d'un système d'alarme directement relié au commissariat de police de la ville, distant de 150 m du magasin. Chaque fois, le système d'alarme a fonctionné normalement et le mode opératoire des voleurs a été quasiment identique. Les services de police ont-ils commis une faute lourde en n'empêchant pas les cambriolages (dont cinq au cours des quatorze derniers mois) et en ne pouvant arrêter les malfaiteurs ? C'est ce qu'ont pensé, à juste titre, les victimes qui ont saisi la justice afin d'obtenir une expertise sur le fonctionnement de la police, et une provision à valoir sur la réparation de leur préjudice. Condamné par arrêt de la cour ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...