Le Moniteur des Pharmacies n° 2583 du 21/05/2005
 

Actualité

Enquête

En 1931, le critique de « Paris-Midi » décrivait ainsi le pharmacien de « Tout ça ne vaut pas l'amour » : « son nez trognognant, ses expressions d'autruche vexée, et souvent ses drôleries profondément humaines ». Toute ressemblance avec une personne existante serait fortuite. Il s'agit seulement d'un des nombreux pharmaciens incarnés au cinéma.


Les apprentissages de Boireaud'Albert Capellani (1907) Cancre impénitent, Boireau est mis en apprentissage par son père chez un pharmacien. Il multiplie les gaffes et son passage en officine se solde par une catastrophe : il administre un vomitif en lieu et place d'une purge, au grand dam de son employeur. La série des Boireau rencontra un vif succès auprès des jeunes spectateurs. L'apprenti maladroit est joué par André Deed, l'une des premières vedettes de l'histoire du cinéma. Le Désordre et la Nuitde Gilles Grangier (1957) L'un des personnages de ce long métrage est la pharmacienne Thérèse Marken (Danielle Darrieux). Non seulement elle chapeaute un trafic de drogue, mais elle commet en plus un crime en se débarrassant d'un de ses complices. Le film vaut surtout par la confrontation de deux monstres sacrés du ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...