Le Moniteur des Pharmacies n° 2581 du 07/05/2005
 

1939-1945

Actualité

Enquête

A l'occasion du soixantième anniversaire de la Victoire des alliés, « Le Moniteur » revient sur la façon dont la pharmacie a dû faire face au cours de ce qui fut l'une des périodes les plus sombres de notre histoire.


Dès l'annonce de la percée allemande, plusieurs laboratoires transfèrent leurs activités dans ce qui sera la zone libre. C'est par exemple le cas de Delagrange qui se réfugie à Pontgibaud (Puy-de-Dôme), de Debat qui s'installe à Luxé (Charente) et de Roussel qui déplace son usine à Vertolaye (Puy-de-Dôme). Delalande ouvre une annexe à Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Besins-Iscovesco se replie pour sa part à Loudun (Vienne) où Jacques Besins a loué des locaux avant la guerre. Robert #amp; Carrière occupe pendant quelques semaines une blanchisserie désaffectée de Bellerive-sur-Allier, non loin de Vichy. Cette « migration » se fait parfois dans des conditions homériques. Dans ses souvenirs, André Guerbet, patron du laboratoire du même nom, raconte l'exode qui le conduit, avec ses collaborateurs, jusqu'à Saint-Palais-sur-Mer (Charente-Maritime). A l'approche d'un convoi allemand, il préfère détruire ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...