Le Moniteur des Pharmacies n° 2581 du 07/05/2005
 

RECHERCHE

Actualité


- Un petit goût de « Dr. Jekyl et Mr. Hyde » appliqué à la médecine nucléaire. Longtemps, on a cru que les doses de rayonnements ionisants provoquaient toutes les mêmes risques de cancers, qu'elles soient faibles, comme pour une radio du thorax, ou fortes comme pendant une radiothérapie. On sait aujourd'hui que ce n'est pas vrai. En plus une légère irradiation, loin d'être dangereuse, pourrait diminuer le risque de certains cancers en stimulant les réactions de défense de l'organisme. En tout cas, à défaut de l'avoir prouvé chez l'homme, plusieurs études l'ont montré chez l'animal. Il s'agit du phénomène d'hormèse : certains agents physiques provoquent un effet à forte dose et un effet inverse à faible dose. Trois milliards d'années d'évolution dans un bain de rayonnements ionisants et d'ultraviolets, ça ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...