Le Moniteur des Pharmacies n° 2578 du 16/04/2005
 

RECHERCHE

Actualité


En tête des accidents iatrogènes, les anticoagulants oraux comme la warfarine ou l'acénocoumarol sont difficiles à gérer en pratique, car les patients réagissent de façon extrêmement variable à une même dose prescrite (effets secondaires, efficacité). Les facteurs environnementaux ne suffisent pas à tout expliquer, les facteurs génétiques jouent également un rôle. Ainsi, deux polymorphismes génétiques (l'un dans le cytochrome P450 2 C9, responsable du métabolisme de la molécule, et l'autre dans le gène-cible des antivitamines K) justifieraient 50 % des variabilités dans la réponse au traitement. Grâce à des tests ADN, on pourra un jour prédire un surdosage potentiel avant même la prescription d'anticoagulant oral. Source : INSERM.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...