Le Moniteur des Pharmacies n° 2577 du 09/04/2005
 

Actualité

Enquête

La confusion est la principale source d'erreurs de délivrance. Car beaucoup de spécialités se ressemblent : noms, boîtes... Vigilance !


Parer un nouveau concept d'un anglicisme est toujours du dernier chic. Il en est ainsi des « look-alike » et « sound-alike » ou « produits de santé à présentation et à consonances semblables ». Si le Canada ou les Etats-Unis ont poussé leur réflexion jusqu'au point de pouvoir pointer du doigt et lister ces médicaments, le principe n'a pas encore pénétré la France. Or la grande majorité des témoignages rapportés au Moniteur (voir p. 17) lors de son sondage impliquait ces « faux jumeaux » visuels ou phonétiques. « Les confusions entre "look-alike" et "sound-alike" sont à l'origine de 25 % des erreurs médicamenteuses rapportées aux Etats-Unis », précise Bruce Lambert, chercheur à la faculté de pharmacie de Boston. Un des responsables de la dénomination des spécialités pharmaceutiques à l'Afssaps, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...