Le Moniteur des Pharmacies n° 2577 du 09/04/2005
 

DÉLIVRANCE

Actualité

Enquête

Pas enseignée dans les facs, parfois niée dans la pratique, l'erreur de délivrance fait pourtant partie de l'environnement officinal. Pour les éviter il faut commencer par en parler.


Un instant d'inattention, la délivrance se termine... et le patient quitte la pharmacie. Et puis la boule au ventre, ou le creux dans la poitrine, parfois bien plus tard : la certitude est là, il y a eu une erreur de délivrance. Impression diffuse et pas toujours vraie, mais peu importe. Difficile d'en parler : « Je suis un professionnel, ce genre de choses ne devrait pas arriver », se dit-on. Puis on occulte, à moins que le patient ne revienne avec les produits. La meilleure défense est alors l'excuse, ou un petit geste commercial. Mais pour une erreur décelée et corrigée, combien passent à l'as ? Peu, au regard des précautions imposées : multiples relectures de l'ordonnance, comptage des boîtes, questions aux patients. Pourtant, l'erreur s'immisce toujours là où ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...