Le Moniteur des Pharmacies n° 2574 du 19/03/2005
 

INTERVIEW

Entreprise

D'un côté, les pouvoirs publics demandent aux pharmaciens d'officine une implication totale dans le générique. De l'autre, ils entendent encadrer encore plus la coopération commerciale. Est-ce compatible ? Hugues Villey, avocat, fait le point pour « Le Moniteur ».


« Le Moniteur » : Quel type d'encadrement les pouvoirs publics peuvent-ils mettre en place sur les marges arrière ? Hugues Villey : Il est question de plafonner le montant moyen pondéré de remises lié à ces accords commerciaux sur les commandes directes passées aux génériqueurs à environ 15 % dans les deux ans à venir. La baisse en pourcentage des marges arrière devant s'opérer de façon progressive, en paliers successifs étalés. Peut-on encadrer les coopérations commerciales par voie conventionnelle ? Un code ou une charte de bonnes pratiques commerciales correspond assez bien à toutes les tentatives conjointes d'autorégulation des excès de coopération commerciale vues ici et là entre industriels et distributeurs. Cette démarche, à l'initiative du GEMME et des syndicats de pharmaciens, n'est pas sans rappeler l'accord Industrie/Commerce de 1989 visant à ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...