Le Moniteur des Pharmacies n° 2573 du 12/03/2005
 

PROFESSION

Actualité

La prise en charge en ville des patients cancéreux, qui sera bientôt effective pour les formes orales, est bloquée en ce qui concerne la chimiothérapie injectable. Faute de structures. L'Académie de pharmacie tire la sonnette d'alarme et appelle les officinaux à se former.


Dans le cadre du décret sur la rétrocession, le passage à l'officine des anticancéreux par voie orale devrait être effectif dès le 1er mai prochain. Parallèlement, et dans l'indifférence, l'utilisation des formes injectables au domicile des patients faisait l'objet de nouvelles dispositions réglementaires parues au Journal officiel du 23 décembre 2004 (arrêté du 20.12.04). En théorie, une nouvelle organisation des soins en oncologie doit se mettre en place. Elle exige la préparation extemporanée de la chimiothérapie dans une pharmacie à usage intérieur avant d'être administrée au domicile du patient. Pour ce faire, une convention doit être signée entre l'établissement de santé et chaque professionnel libéral participant aux soins. « Cette convention fixe un cadre réglementaire au profit des réseaux de soins en oncologie ville-hôpital », précise François Chast, pharmacien-chef de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...