Le Moniteur des Pharmacies n° 2568 du 05/02/2005
 

EXERCICE EN MILIEU CARCÉRAL

Actualité

Enquête

e 18 janvier 1994 était promulguée la loi déléguant au secteur hospitalier public la santé des détenus. Dix ans après, la place du pharmacien au sein de ce dispositif n'est pas toujours bien identifiée et reconnue. Pourtant, dans la relation complexe qui lie le détenu au médicament, la présence du pharmacien prend toute sa signification. Etat des lieux.


L'idée de la loi de 1994 est remarquable : pouvoir assurer aux détenus une qualité de soins équivalente à l'extérieur. » Dix après son application, Laura Harcouët, pharmacienne des hôpitaux, qui exerce à plein temps à la prison de la Santé à Paris, salue toujours l'apport indéniable de cette loi. « Elle a permis à certains d'entre nous d'exercer notre vrai métier. » Chacun des 175 établissements pénitenciers est en effet désormais jumelé avec un hôpital pour les soins somatiques grâce à la mise en place des unités de consultation et de soins ambulatoires (UCSA). Leurs champs d'action couvrent la médecine générale, la prescription et la distribution de médicaments, ainsi que les examens de laboratoire et de radiologie. A la prison de la Santé, à Paris, l'approvisionnement et la distribution de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...