Le Moniteur des Pharmacies n° 2562 du 18/12/2004
 

BEAUX OBJETS DE PHARMACIE

Actualité

Enquête

Vous êtes un passionné de vieux mortiers, vous adorez les mâche-bouchons ou les canards à malade. Si vous ne savez pas comment étoffer votre collection naissante et combien cela peut vous coûter, suivez l'expert.


Avant qu'on ne les dise « beaux », les objets de pharmacie étaient des outils. Avec le temps, certains sont devenus les symboles de la profession au point de servir d'enseignes. Tels, jadis, les pots de monstre (de « monstrance », montrer), ces récipients de stockage des panacées traditionnelles (thériaque, orviétan, opiat de Salomon, confections d'alkermès, d'hyacinthe ou de Hamech...). Leur taille et leur magnificence imposaient au public le prestige des apothicaires, de ville ou d'hôpital. Ils leur ont ensuite préféré le mâche-bouchon et surtout le mortier. Deux approches permettent d'évoquer les beaux objets de pharmacie : celle ethnologique, du type « arts, métiers et techniques », et celle esthétique. Telle est l'ambivalence de ce qu'on appelle l'« art pharmaceutique », qui désigne à la fois l'art de la préparation du ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...