Le Moniteur des Pharmacies n° 2559 du 27/11/2004
 

SANTÉ PUBLIQUE

Actualité


La première étude française de grande envergure sur le risque de cancer du sein lié à la prise d'un traitement hormonal substitutif (THS), menée par l'INSERM, a paru dans l'International Journal of Cancer du 18 novembre. « E3N », c'est son nom, a analysé une cohorte composée de plus de 54 000 femmes ménopausées cotisant à la Mutuelle générale de l'Education nationale, dans laquelle 948 cas de cancer ont été détectés. Elle a le mérite d'apporter deux nouvelles rassurantes aux femmes ménopausées. Pour celles traitées par un estrogène et de la progestérone micronisée d'abord : le risque de cancer du sein n'est pas augmenté quand la durée du THS est inférieure à 4 ans (durée maximale étudiée). Pour les femmes hystérectomisées recevant uniquement de l'estrogène ensuite : elles n'ont pas ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...