Le Moniteur des Pharmacies n° 2558 du 20/11/2004
 

Vous avez la parole

Moniteur Expert


CAS PRATIQUE N° 1Antoine, préparateur, a commis une erreur de délivrance. La conséquence ? Une sérieuse migraine pour le client-patient. Furieux, celui-ci porte plainte civilement. Antoine peut-il être condamné à verser des dommages-intérêts ? En principe, non. C'est le commettant (pharmacien titulaire) qui est responsable de ses préposés (salariés) et contre qui, classiquement, la victime se retourne en cas de préjudice. CAS PRATIQUE N° 2Noé, 3 ans, s'est ouvert le front alors qu'il jouait dans le coin enfant de l'officine. Le pharmacien titulaire sera responsable civilement du préjudice causé à Noé et à sa famille. De plus, les espaces aménagés pour les enfants doivent respecter des normes de sécurité. En cas de manquement, le pharmacien pourrait engager sa responsabilité pénale. CAS PRATIQUE N° 3Marie, pharmacienne remplaçante, doit-elle contracter une assurance en responsabilité civile ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...