Le Moniteur des Pharmacies n° 2552 du 09/10/2004
 

Vous avez la parole

Moniteur Expert


CAS PRATIQUE N° 1Sarah est préparatrice 3e échelon (coefficient 260). Son employeur la rémunère à hauteur du coefficient 280, mais la fiche de paie mentionne le coefficient 260. Est-ce une anomalie ? Non, rien n'empêche l'employeur de dissocier le taux horaire du coefficient tant qu'il reste plus avantageux que le minimum conventionnel. L'intérêt pour l'employeur ? Il verse à Sarah le salaire correspondant au coefficient 280, mais il calcule sa prime d'ancienneté sur la base du coefficient 260. CAS PRATIQUE N° 2Benjamin, pharmacien adjoint, parle couramment l'italien, qu'il utilise régulièrement au comptoir. Aura-t-il droit à un bonus ? Oui, Benjamin profitera d'une majoration de salaire de 8 %. CAS PRATIQUE N° 3Louis vient de constater une erreur sur ses fiches de paie qui datent de 2000. Peut-il réclamer la somme qui ne lui a ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...