Le Moniteur des Pharmacies n° 2549 du 18/09/2004
 

Actualité

Enquête

Au comptoir, devant le deuil et la maladie incurable, comment trouver les mots justes pour soutenir le patient ou son proche ? Une démarche d'autant plus difficile que la mort reste un sujet tabou et que le pharmacien est souvent pris par le temps. Témoignages de professionnels de santé et conseils de spécialistes.


Il y a quelque chose de paradoxal dans l'attitude de mes clients, confie cette pharmacienne de Toulouse. Plus ils parlent et racontent leur vie, moins c'est grave, alors que les autres, ceux qui sont gravement malades, se taisent. Ils ne demandent que des conseils sur la prise de médicaments, mais ne s'épanchent pas sur leurs états d'âme, comme s'ils avaient honte... » Pour le patient, la pharmacie reste pourtant le lieu où il peut venir à toute heure. « Les grands malades nous échappent puisqu'ils sont hospitalisés ou maintenus à domicile, mais ce sont les proches qui craquent parfois chez nous. Un jour, une femme est venue à l'officine, nous a demandé des renseignements sur une crème de jour et s'est effondrée soudainement en disant que son mari allait mourir, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...