Le Moniteur des Pharmacies n° 2549 du 18/09/2004
 

Actualité

L'événement


Le ministre de la Santé a confié à l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) une mission de contrôle et d'inspection des pharmacies. Pourquoi l'IGAS plutôt que l'inspection de la pharmacie ? « Dans ce genre de situation de crise, les gouvernements ont tendance à faire appel à des grands corps d'inspection », note Alain Morin, président du Syndicat des pharmaciens inspecteurs de santé publique. Mais les limiers de l'IGAS pourront-ils repérer et quantifier le trafic ? « C'est une pratique très difficile à mettre en évidence, remarque Alain Morin. Les pharmaciens qui se prêtent à ce petit jeu prennent souvent un luxe de précautions. L'inspection classique d'une officine nous prend deux ou trois heures. Pour découvrir un "trafic Cyclamed", il nous faut plutôt une à deux journées. Nous devons éplucher ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK