Le Moniteur des Pharmacies n° 2549 du 18/09/2004
 

IMPÔT

Entreprise

Omission de recettes, comptabilité occulte, charges fictives... Autant de fautes traquées par le fisc. Si la comptabilité des officinaux est moins vérifiée que celle d'autres entreprises, il est intéressant de connaître la procédure pour se défendre en cas de redressement.


Les motifs du contrôle« Tout ce qui vient diminuer le résultat est regardé de près par l'administration fiscale », précise Reine Masson-Diarra, directrice du Centre de gestion agréé national des pharmaciens d'officine, lequel s'attache à vérifier la cohérence et la vraisemblance des liasses fiscales transmises par les pharmaciens et à faire auprès d'eux de la « prévention fiscale ». « L'attention du fisc est alertée par les baisses importantes de marge, l'augmentation des charges externes - une rubrique qui peut être utilisée par les titulaires comme un poste fourre-tout -, l'importance des sommes passées en provisions par rapport à une baisse potentielle du fonds de commerce. Le fisc peut également être mis en éveil par des opérations de capitalisation importantes et disproportionnées par rapport aux revenus déclarés par le chef ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...