Le Moniteur des Pharmacies n° 2546 du 28/08/2004
 

Actualité

Enquête

La Première Guerre mondiale, qui fit 1400 000 morts et 750 000 invalides dans l'armée française, engendra de grandes innovations dans le domaine des services médicaux militaires. Parmi eux, de nombreux pharmaciens. Souvenons-nous.


Il y a quatre-vingt-dix ans débutait la Première Guerre mondiale. S'il démarra en août avec un certain enthousiasme, le conflit se transforma très vite en cauchemar. Fin septembre, la violence des affrontements avait déjà causé des pertes considérables : au sein des seuls rangs français, quelque 400 000 soldats avaient été blessés, soit près d'un dixième des effectifs mobilisés. A l'évidence, les états-majors avaient sous-estimé les progrès de l'artillerie, shrapnels, torpilles à ailettes et autres armes explosives notamment grenades. Il en résulta des blessures d'une gravité inédite. L'évacuation précoce des victimes, d'abord préconisée de manière systématique par le Service de santé de l'armée, se révéla particulièrement contre-productive. Elle fut la cause de graves complications infectieuses, au premier rang desquelles la redoutable et mortelle gangrène gazeuse, sans oublier bien sûr le tétanos. Les ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...