Le Moniteur des Pharmacies n° 2542 du 26/06/2004
 

Actualité

L'événement


Un bénéfice-risque, cela se construit (R #amp; D...), cela s'évalue et cela se surveille. Ce message, les responsables de l'Afssaps le martèlent désormais. Il y aura de plus en plus d'études post-AMM en parallèle de la pharmacovigilance. D'abord, parce qu'« on n'évalue plus seulement un médicament mais une thérapie », indique Daniel Vittecoq, président de la commission d'AMM. Ensuite, parce qu'il existe des zones d'ombre dans les dossiers d'AMM. A quoi rime de figer une fois pour toutes l'AMM alors que le produit n'a pas été expérimenté au quotidien ? D'autant que la population cible n'est pas forcément celle étudiée pour les dossiers d'AMM : elle est souvent plus âgée, l'industriel recrutant de bons répondeurs dans ses études... Côté remboursement, la Commission de la transparence tient compte du médicament lui-même ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...