Le Moniteur des Pharmacies n° 2542 du 26/06/2004
 

Actualité

Enquête

Sous la pression des chaînes, de la vente par correspondance et, depuis peu, des « médecins dispensants », les pharmaciens suisses ont dû faire leur révolution professionnelle. Leur arme : les honoraires. Et ça marche !


Les conditions d'exercice des pharmaciens suisses ne sont pas régies par les mêmes lois selon qu'ils exercent à Bâle, à Montreux ou dans le canton d'Appenzell. Mais le libéralisme économique est partout de mise dans la confédération helvétique. Ainsi, les non-pharmaciens ont toujours été autorisés à détenir une officine. Les coopératives sont légales depuis 1905 et la multipropriété est inscrite depuis plus de quarante ans dans les annales de la pharmacie. De même, s'il a aujourd'hui tendance à faire tache d'huile davantage pour des raisons économiques que géographiques, le phénomène du « médecin dispensant » (voir encadré page 23), système proche de la propharmacie, qui date de l'époque de Frédéric II, a toujours marqué le paysage des cantons alémaniques. Et pour compléter ce contexte de canaux de distribution multiples, la ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...