Le Moniteur des Pharmacies n° 2539 du 05/06/2004
 

RECHERCHE

Actualité


Aussi paradoxal que cela puisse paraître, un glucocorticoïde comme la prednisolone pourrait retarder de deux à dix ans la décroissance du nombre de lymphocytes CD4 chez des patients séropositifs sans traitement antiviral. Condition requise : avoir une faible charge virale (moins de 30 000 copies/ml). Si l'idée de faire appel à un immunosuppresseur paraît de prime abord saugrenue, les chercheurs français à qui l'on doit cette étude ont cherché simplement à contrecarrer l'activation chronique du système immunitaire induite au départ par le VIH. Avec succès, puisque sur les 44 patients traités quotidiennement par prednisolone pendant 10 ans, aucun passage au stade sida n'a été déploré. Source : Agence de presse médicale.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...