Le Moniteur des Pharmacies n° 2532 du 17/04/2004
 

CENTRES ANTIPOISON

Actualité

Enquête

Les dix centres antipoison de France font chaque jour des prouesses au téléphone pour venir en aide à nos concitoyens et conseiller les professionnels de santé. Pour nous en convaincre, celui de Marseille nous a ouvert ses portes.


La moitié des intoxications surviennent chez les enfants avant douze ans et elles sont alors accidentelles dans 90 % des cas. Elles sont volontaires dans 51 % des cas à partir de treize ans. Marseille. Hôpital Salvator : des bâtiments datant de près d'un siècle. C'est là que se situe depuis 1967 le centre antipoison et de toxicovigilance de Marseille (CAP), niché entre la pharmacovigilance, le laboratoire de toxicologie, le centre d'études et d'information sur les pharmacodépendances et l'antenne médicale de prévention et de lutte contre le dopage. Installées dans une salle claire, cernées de livres, classeurs et tiroirs, trois personnes officient ce matin. Peu d'appels encore, il n'est que 9 h 45. Magali Cabau raccroche le téléphone. « Je viens d'avoir un homme dont la petite fille de deux ans ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...