17/12/2013 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Les députés ont voté le lundi 16 décembre l’autorisation de la vente des des tests de grossesse et d’ovulation en grande surface.

En adoptant en deuxième lecture deux articles 17 quater A et 17 quater B du projet de loi sur la consommation introduits par des sénateurs socialistes, les élus ont ainsi supprimé le monopole des pharmacies sur la distribution de ces produits.

Le vote de ces deux articles a donné lieu à un échange musclé entre les députés de l’opposition (UMP et UDI), des radicaux de gauche et du Front de gauche et Benoît Hamon, ministre délégué auprès du ministre de l'économie et des finances, chargé de l'économie sociale et solidaire et de la consommation.

« La vente de ces produits est libre dans plusieurs pays de l’Union européenne, où il n’a pas été déploré de conséquences graves sur la santé des consommateurs ni sur l’activité économique des pharmaciens et opticiens-lunetiers », a déclaré Benoît Hamon face aux nombreuses critiques des députés.

« Dans son avis du 9 février 2005, observant que ces produits faisaient l’objet d’une réglementation stricte au niveau communautaire et national, le Conseil national de la consommation avait sollicité la suppression du monopole de distribution de ces produits estimant qu’il devrait en résulter une baisse des prix de l’ordre de 20 % à 30 % », a ajouté le ministre délégué.

Présente dans l’hémicycle, Catherine Lemorton, présidente de la commission des affaires sociales a fortement regretté l’absence de saisine de sa commission sur ces mesures d’ordre sanitaire.

« Vous dites vouloir vous préoccuper du pouvoir d’achat, monsieur le ministre. Et vous dites qu’une manière de l’améliorer, c’est de proposer ces produits à la vente dans les supermarchés. Cela voudrait-il dire que ces tests sont très régulièrement utilisés par une femme ? Il y a matière à s’interroger. Pour que cela soit significatif sur une année, il faudrait qu’elle en achète un certain nombre ! Ce n’est tout de même pas un pot de yaourt, ni un kilo de pommes de terre », a commenté Catherine Lemorton.

L’autorisation de la vente des tests de grossesse en grande surface soulève la désapprobation de l’Union des syndicats de pharmaciens d’Officine (USPO). Dans un communiqué, le syndicat estime qu’elle est contraire aux enjeux de santé publique.





Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...