06/12/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Elise Haro-Brunet

L’étude du Réseau Morphée a été menée entre janvier et septembre 2017, avec 880 professionnels de santé répondants, dont 82 % de femmes et avec un âge moyen de 41,6 ans. Parmi les soignants, 51 % étaient des infirmières ou des sages-femmes, 19 % des médecins, internes ou dentistes, et seulement 4 % des pharmaciens. Les résultats sont donc éventuellement à pondérer pour la profession.  D’après les résultats de l’étude, le temps de sommeil des soignants est significativement plus court que celui des non-soignants (60 % dorment moins de 6 h par nuit versus 44,8 %). 48 % des personnes interrogées ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 06/12/2017 à 23:25
    brucine
    alerter
    Au moins toutes ces enquêtes pipeau ont un avantage, celui de nourrir les parasites qui les mènent.

    Il y a des tas de professions qui génèrent autant et plus de soucis que les soignants, sauf peut-être des situations extrêmes et qui arrivent à devenir insupportables y compris pour les soignants de l'urgence pourtant aguerris (je pense notamment aux SAMU, aux pompiers, mais aussi par exemple aux forces de l'ordre ou au stress post-traumatique des militaires sur lesquels il est d'ailleurs devenu de bon goût de cracher quand ils rentrent de mission).

    Mais, c'est à babord qu'on gueule le plus fort, on nous saoule chaque jour davantage du stress des soignants ou des enseignants, ou finalement de tous qui, pour une mauvaise ou une bonne raison sont entretenus par le corps médical à se shooter de saletés, c'est tellement plus facile pour les soignants prescripteurs que d'amener les patients à se faire violence autant qu'ils le peuvent.

    Cela dit, quand on est bien crevé de sa journée, on dort et, si ce n'est pas le cas, une bonne séance de sport est un excellent exutoire, certes moins bien remboursé par la sécurité sociale que les benzodiazépines.

    Mais je dois l'avouer, en effet, je ne dors plus guère ou plus bien, mais rien ne sert d'en jeter la faute à ma profession: l'âge et l'usure qui va avec sont largement suffisants, et ne justifient sans doute ni qu'une enquête bidon de plus vienne enfoncer des portes ouvertes, ni que je m'adonne de paradis artificiels.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK