13/06/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
médicaments chers, pétition, gouvernement traitements entreprise industriel prix Dr

Parallèlement à une campagne publicitaire dans les quotidiens nationaux, l’organisation non gouvernementale Médecins du monde a lancé une pétition en ligne intitulée le Prix de la vie pour interpeller l’opinion publique et le gouvernement sur les prix « absolument pas justifiés » des médicaments.

« Ces prix exorbitants ne pourront bientôt plus être pris en charge par la Sécurité sociale. Demain, qui pourra payer de telles sommes pour se faire soigner ? La main mise de l’industrie pharmaceutique sur le système de la brevetabilité doit cesser », souligne Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde dans un communiqué diffusé ce lundi 13 juin. Une nouvelle fois, l'organisation demande à la ministre de la Santé « d’user de tous
 les moyens juridiques et politiques » pour faire baisser « drastiquement le prix des médicaments ».

Cette campagne est aussitôt jugée « outrancière » par le Leem, représentant l'industrie du médicament. Il rappelle que le prix des médicaments n’est pas fixé de façon unilatérale par les industriels mais constitue le fruit d’une négociation avec le Comité économique des produits de santé (CEPS).

Indépendamment de cette négociation, le Leem propose aussi « d’aligner la progression de l’enveloppe des médicaments remboursés au niveau de celui de l’Ondam (+ 1,75 %) afin de garantir l’accès aux nouveaux traitements à tous les patients qui en ont besoin sans grever les comptes de la branche maladie ».






Les dernières réactions

  • 14/06/2016 à 07:31
    ppp
    alerter
    Nous devrions nous associer à cette action.
    En effet les pharmaciens dont la marge est de
    112.186 € en valeur soit 6.831% à 1530.06 € HT
    112.186 € en valeur soit 0.742 pour 15000 € HT
    Tandis que l'Etat sans rien faire, touche pour les mêmes sommes :
    1530.06 € HT 34.49 €
    15000.00 € HT 317.36 €
    Il est évident que les pharmaciens, ne pourront dépasser un quota de médicaments chers sans mettre en péril sa trésorerie, et subir des agios intolérables.
    Nous arrivons au moment, ou nous ne pourrons faire autrement que de refuser de prendre en charge ces médicaments. C'est l'effet le plus pervers de cette politique irresponsable menée depuis trop d'années.
  • 14/06/2016 à 07:45
    rab74
    alerter
    ok avec ppp! faudrait peut-être demander aux indiens comment ils ont négocié pour les anti rétroviraux et les anti cancéreux sans se trouver en défaut de livraison...
  • 14/06/2016 à 12:11
    brucine
    alerter
    "Nous arrivons au moment, ou nous ne pourrons faire autrement que de refuser de prendre en charge ces médicaments"

    ça, c'est original: ne pas les stocker est une chose, mais ne pas les commander à la demande est évidemment impossible et sanctionnable.

    Maintenant, encore un effort, et le LEEM, ils vont me faire pleurer: si vous n'en êtes pas convaincu, achetez les pages saumon du Figaro, et consultez les résultats des labo pharmaceutiques: il sont le seul intervenant dans la chaîne à continuer d'augmenter leurs résultats quand les autres (grossistes et officines) en perdent.

    L'argument du CEPS est dans la même veine, chacun sachant que les prix qui y ont en effet été "négociés" l'ont été dans un flou artistique mettant en cause des éléments extérieurs au produit (je t'augmente X si tu acceptes de diminuer Y), des produits qui ne servent à rien sinon à être plus chers (pseudo-nouveautés résultant de sels ou esters de ce qui existe déjà et qui n'ont d'autre but que de dé-génériquer), un chantage à l'économie locale (par exemple Servier), ou un certain nombre d'experts dont la collusion avec l'industrie est avérée.
  • 14/06/2016 à 15:52
    pp^p
    alerter
    Brucine j'espère que votre trésorerie est solide.
    Ceci dit sur la sanction je suis d'accord. je veux simplement attirer l'attention sur ce qui va se passer, et que les syndicats renégocient avant que l'on se retrouve dans cette situation.
  • 14/06/2016 à 17:01
    brucine
    alerter
    Au risque d'en rajouter une couche, le pharmacien est censé disposer de cette trésorerie quand il a vendu le produit plus le délai de remboursement Sesam Vitale, soit en principe bien avant l'échéance grossiste.

    Bien sûr, et comme la clientèle visée ne connaît généralement pas davantage la montre que les capotes, la quasi-totalité des ventes se fait après 19-20h ou le dimanche, ce qui oblige à un certain "surstockage" tout en restant prudent: si par exemple on stocke un produit lambda pour une rotation de 7 ou 15 jours, la prudence commandera ici de réduire significativement ce calcul mathématique.

    Mais je viens d'illustrer que, au moins concernant ces produits là où ils ont une rotation significative (on stocke un Humira parce que l'on a plusieurs patients réguliers et pressés, mais pas un Lucentis pour un patient de temps à autre), ce n'est pas tant ces produits qui sont visés que l'ensemble de la trésorerie: dans certains cas (contribution des grossistes lors de nouvelles installations ou retards de trésorerie réguliers pour des pharmacies en danger) c'est l'inverse, mais si l'on admet que toutes ou la majorité des pharmacies ayant démarré avec des fonds propres suffisants sont concernées, ce n'est pas le prix de telle ou telle spécialité qu'il faut revoir, mais l'ensemble de la rémunération.

    Enfin, et puisque l'on a parlé de CEPS, je rappelle que le prix de telle spécialité n'est pas à la discrétion du ministère, mais qu'il est en principe prévu initialement pour diminuer automatiquement en prenant en compte les seuls bénéfices de l'industriel (durée de commercialisation, nombre d'unités vendue comparé à l'objectif initial...).
  • 14/06/2016 à 20:31
    rab74
    alerter
    brucine, vous oubliez un autre problème: celui de l'assistant par tranche de CA. Et là, c'est ingérable quand avec 2 produits à 1000 euros par mois (style Glivec) pendant un an, on change de tranche: la marge dégagée ne paie pas un assistant supplémentaire pendant un mois. Donc soit vous faites circuler le patient vers les confrères, soit vous n'embauchez pas malgré tout au risque de lourdes sanctions, soit vous déposez le bilan en même temps que votre patient décède. Corneille t'es pas mort!
  • 14/06/2016 à 22:58
    brucine
    alerter
    Si le problème peut être réel sur le papier, l'exemple est assez mal choisi: 24 000 euros par mois ne sont qu'epsilon par rapport à une tranche.

    Il y a, en ce qui me concerne, nettement plus de 1000 euros par mois en comptant les seuls anti-rétroviraux et en passant sous silence un peu d'Humira par ici ou peu de Lucentis, EPO etc par là.

    Je demande à voir qui dispose du nombre d'assistants requis: c'est parfois le cas rapporté au CA, quasiment jamais aux tranches horaires, puisqu'il est censé s'en trouver un temps plein par tranche de 35h, soit plus de deux dans la première tranche pour une amplitude hebdomadaire de 80h dont il est assumé que le titulaire les accomplisse toutes.
  • 15/06/2016 à 11:20
    *141
    alerter
    et c'est bien pour cela que"mes docteurs en pharmacie" dans les para Leclerc, c'est du baratin.POur couvrir l'amplitude horaire de l'hyper,il faudrait "2 fois 5 000 euros brut par mois" réellement presents. Et la boite ne degagera cela qu'a partir de 500 000 euros de c .a.....chiffre qui aura entrainé la necessité d'embaucher des vendeuses supplementaires.
    Donc, publicité mensongere.(et absence de diplomes constatée par huissier depuis longtemps ).
  • 18/06/2016 à 08:17
    rab74
    alerter
    24000 euros quand on est juste à la limite supérieure d'une tranche ça fait la différence, brucine. je l'ai vécu il y a quelques années, et je dois avouer que quand le patient a déménagé, je n'ai pas pleuré! Quant au problème de la tranche horaire, c'est là que le bas blesse vraiment vu nos marges actuelles...pour ma part, pas de vacances depuis 2014 afin de rester dans les clous! et ça ne s'est pas arrangé depuis qu'une pharmacie concurrente s'est rapprochée à moins de 200m de la mienne avec la bénédiction du CO!avant de donner des leçons de gestions à vos collègues, essayez de prendre en compte le plus de configurations possibles, et sachez que tout peut basculer très vite du simple fait de travaux dans votre zône de chalandise, facteur que vous ne maîtrisez pas!mais pour en revenir au prix des médicaments innovants (sujet initial du débat!), il n'est pas normal que la cpam engraisse les multinationnales qui de plus délocalisent une bonne partie de leurs impôts, alors que le français moyen n'échappe ni au fisc, ni à la csg, ni à la crds. Alors oui, cette pétition, je vais la signer, au moins pour obliger nos grosses têtes à essayer de revoir le système de prise en charge.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...