26/07/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
ce qu'il faut savoir pour dispenser ou pas une ordonnance étrangère DR

L'Ordre des pharmaciens en cette période estivale récapitule dans son dossier spécial vacances ce qu'il faut vérifier avant de dispenser une ordonnance provenant de l'étranger. Selon que la prescription émane de l’UE ou non, qu'elle soit valide ou pas, le pharmacien se réfèrera aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments à l'officine. Dans l'attente d'une prescription valide le pharmacien peut toutefois dispenser la quantité minimale pour la continuité du traitement lorsque la santé du patient l'exige, de même pour une prescription de stupéfiants qui ne respecterait pas toutes les mentions techniques légales. 






Les dernières réactions

  • 26/07/2017 à 16:29
    drlouzou
    alerter
    Bon courage aux étrangers devant la complexité de la législation Franco-Francaise (:-)) / S'ils comprennent quelques choses / comme aurait dis un célèbre cinéaste "Si vous avez compris ce que je voulais dire, c'est que je me suis mal exprimé" (:-))
  • 26/07/2017 à 17:56

    alerter
    Et pour les ordo étrangères pour des patients qui sont restés à l'étranger et dont les médicaments sont apportés par amis/famille car pas dispo ou trop chers dans leur pays, niveau quantité on fait comment? De plus une "ordo valide" signifit-il qu'elle soit retranscrite par un médecin français en NR?
  • 26/07/2017 à 23:19
    brucine
    alerter
    Le sens de cette réglementation est pourtant clair mais jamais respecté.

    Sur la forme, nous sommes censés disposer d'une ordonnance originale ou à la rigueur d'un fax du prescripteur vers la pharmacie confirmé à suivre par la production de l'original: dans la pratique, nous voyons quasiment toujours des copies écran sur smartphone.

    Sur le fond, la délivrance est censée assurer la continuité du traitement pour permettre au malade se trouvant en France de consulter un médecin.

    Mais en aucun cas, sans même parler de prescriptions de produits sensibles et/ou soumis à des réserves (hypnotiques, produits d'exception, quid du suivi biologique ou clinique qu'ils sous-tendent) d'alimenter des années durant un malade en Afrique dont on ne s'inquiète pas que son factotum cherche à acquérir tel anti-hypertenseur ou tel hypoglycémiant alors que l'on sait pertinemment qu'aucun médecin n'a été consulté à cet effet depuis des années.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK