14/04/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Médicaments, honoraires, assurance maladie, dentaire Herreneck-Fotolia

Le comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance maladie confirme que l’ONDAM (objectif national des dépenses d’assurance maladie) a été globalement respecté en 2016, signant une progression de + 1,8 % par rapport à 2015. 

Dans un avis rendu jeudi 13 avril, le comité d’alerte souligne cependant une « situation très contrastée selon les différents sous-objectifs ».
Ainsi, les dépenses de soins de ville sont en hausse de 2,3 % par rapport à 2015 (pour une croissance fixée à 1,8 %). Ce n’est pas tellement la faute aux dispositifs médicaux (+ 25 millions d’euros), ni aux dépenses de médicaments, « un peu moins élevées qu’attendu ». En revanche, les honoraires médicaux et dentaires représentent plus de la moitié de ce dépassement de 500 millions d’euros.

Pour 2017, l’ONDAM a été fixé à 190,7 milliards d’euros (+ 2,1 %).
Le comité d’alerte fait le constat que les crédits mis en réserve en début d’année devraient être suffisants pour couvrir les risques de dépassements identifiés à ce stade.
Il doit cependant rendre un nouvel avis fin mai « en s’appuyant sur l’examen du rythme de remboursement des premiers mois de l’année et des effets des mesures de maîtrise médicalisée des dépenses ».

C’est de bonne guerre : dans un communiqué de presse publié dans la foulée, les ministres de l’Economie et des Finances (Michel Sapin), des Affaires sociales et de la Santé (Marisol Touraine) et le secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes publics (Christian Eckert) se sont félicités des constats du comité d’alerte, soulignant que l’ONDAM se sera établi en moyenne à + 2,1 % sur la période 2013-2017 avec un respect systématique depuis 2012.
Les membres du gouvernement actuel en profitent également pour mentionner que « cette trajectoire de redressement des comptes de la sécurité sociale s’accompagne d’une amélioration de la prise en charge des soins et de la réduction des coûts supportés par les Français : en 2011, 9,3 % des dépenses de santé restaient à la charge des patients, contre 8,4 % en 2015. » 






Les dernières réactions

  • 14/04/2017 à 15:48
    ATD
    alerter
    "ni aux dépenses de médicaments, « un peu moins élevées qu’attendu ». En revanche, les honoraires médicaux et dentaires représentent plus de la moitié de ce dépassement de 500 millions d’euros."
    Cette phrase revient malheureusement toutes les années: marre de se faire taper dessus par la sécurité sociale alors que nous ne sommes pas à l'origine de l'augmentation des dépenses et au contraire à la créations d'économies.
    Nos syndicats devraient mettre ça sur la table plutôt que de signer des baisses de prix à tout va et dire que ça uarait pu être pire. LES SYNDICATS DE MEDECINS REVIENNENT DES NEGOCIATIONS AVEC DES HAUSSES D'ENVELOPPE. A méditer
  • 14/04/2017 à 16:48
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    Les déserts médicaux se sont amplifiés, le réseau des pharmacies est au bord de l'explosion avec la disparition annoncée du quart du réseau, mais on s'en fout parce que depuis 2012 l'ONDAM a été respecté.
    Respecter un objectif financier aberrant qui aboutit à une détérioration sans précédent de l’accès aux soins et aux biens médicaux, je n'appelle pas ça une victoire.
  • 15/04/2017 à 18:10
    BREZHONEG
    alerter
    Bien sùr, tuer au maximum les reseaux professionnels, c'est une politique qui permet de moins depenser en ne repondant plus a la demande des malades .Mais a leur age et dans l'etat où ils sont, ceux qui coutent cher ne sont plus en mesure de voter ni d'animer des manifs et autres associations. Il y avait cependant 2 choses genantes:1)la responsabilité du massacre, que les politiques ne veulent surtout pas asssumer.Ils ont donc mis des fonctionnaires pour le faire, les ARS (" J'PEUX RIEN FAIRE MONSIEUR LE mAIRE , c'est l'administration,hein....) 2) C'est visible,quand la courbe de l'esperance de vie recule.On a meme le nombre de personnes qu'ils ont tué par comparaison entre la courbe ,telle qu'elle aurait du etre et la vraie.
    Mais ces glorieux politiques peuvent oser presenter fierement des soldes negatifs de comptes publics ayant beaucoup rétréci .., La Secu va donc continuer a pauperiser les gens de la Sante pour "maitriser" la longueur de vie des Francais.Tout en masquant cette
    volonté réelle derriere des propositions etriquées, compliquées, et mal payées,mais qui permettent aux pharmaciennes de "jouer au docteur".

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK