14/11/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Le rapport Ferrand d’octobre 2014 et les recommandations plus anciennes, de 2008, du rapport Attali prenant pour cible les professions réglementées, sont ressortis des tiroirs le 10 novembre dernier, à l’occasion d’une réunion interministérielle. La menace d’une déréglementation - suppression des quotas d’installation et ouverture du monopole officinal – planerait donc à nouveau sur l’officine. Lors du congrès du groupement Népenthès qui s’est tenu à Cannes Mandelieu (Alpes Maritimes) du 10 au 13 novembre, Gilles Bonnefond, président de l’USPO, s’est néanmoins montré peu surpris. « Le pouvoir à Bercy ayant changé de mains, les lobbies politiques se manifestent à nouveau, il ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 15/11/2017 à 11:16
    dupont lajoie
    alerter
    Rapidement car on a du boulot pour sauver ses miches: L'analyse de Mr Bonnefond est totalement erronée. Notre profession étant ce qu'elle est, l'orientation vers le camp du "professionnel de santé" va en faire une profession libérale vivant d'honoraires.
    Ce choix implique DE FAIT l'abandon au minimum des quotas d'installation. De toutes les profession médicales nous sommes les seules à connaitre la réglementation des quotas. Si nous passons aux honoraires le premier pilier qui va s'écrouler c'est celui-ci. A partir du moment où les fonds de commerce ne vaudront plus rien, les protéger n'aura plus de sens. Plus personne ne se battra pour cette cause très rapidement ... Donc tout le monde pourra s'installer tel un médecin, un dentiste, une infirmière, un kiné, où bon lui semble SANS AVOIR LA CHARGE DE PAYER UN FONDS DE COMMERCE A UN PRIX PROHIBITIF. Juste "poser sa plaque". On recevra les patients à un poste assis, et on leur dira de repasser chercher leurs traitements parce que de toute façon ou aura plus les moyens d'entretenir un stock. Oui, je vois bien ce que ça peut donner. Le pompon serait que Mr Bonnefond propose la création d'un statut de PHARMACIEN REFERENT comme pour les médecins ! VOILA LE CLOU D'UNE CONVENTION "NEW AGE"! Comment cette proposition n'a t'elle pas déjà été faite??? Là ce serait ultra cool, une nouvelle façon d'exercer. On bosse quand on veut, plus d'emprunt. Pépère.
    Non, ce n'est pas la solution. Mr BONNEFOND sacrifie ma profession pour d'obscures raison que l'on a du mal à comprendre. Et en ce moment dans le tourbillon d'En Marche et de de MACRON lave plus blanc, nous allons être emportés comme des fétus de pailles en quelques mois. C'est ce que l'on appelle la "disruption" dont Mr Bonnefond s'en même s'en rendre compte devient le catalyseur principal ! Incroyable mais vrai.
    Tout le gras sera refilé aux fonds d'investissement. ça leur va très bien comme ça. Merci Mr Bonnefond. Il n'y a même pas de conflit à gérer....
  • 15/11/2017 à 18:56
    BREZHONEG
    alerter
    La liberté d'installation,au moment où dans tout le pays on manque de medecins,dentistes,infirmieres, ce n'est pas certain.Des voix de plus en plus nombreuses demandent que l'on s'inspire .....de la repartition "façon pharmacies". Notre Jupiter a decouvert ces jours ci le remede miracle: on va construire des maisons medicales !
    Il decouvrira bien un jour qu'il faut plutot "construire des medecins" et les mettre dedans.
  • 17/11/2017 à 07:48
    MAURICE
    alerter
    Ne pas réguler les médecins, entraine la désertification, Déréguler la pharmacie, entrainera le même phénomène. La rentabilité, se répartissant sur plus d'officines, seules les plus grosses appartenant a des réseaux capitalistes résisterons.
  • 17/11/2017 à 10:29
    dupont lajoie
    alerter
    Il faut bien comprendre quel type de modèle souhaite mettre en place l'USPO.
    en fait il n'y aura plus de notion de commerce dans notre profession, tout simplement.
    Donc à terme plus de plus grosses ou plus petites.
    Des espèces de pharmacies "référentes" et c'est tout.
    Le reste c'est ce que l'on appelle des parapharmacies.
    On ne parle plus du m^me modèle économique.
    Ce que veut l'USPO, c'est un changement radical de modèle économique.
  • 17/11/2017 à 12:18
    dupont lajoie
    alerter
    et oui voilà ça n'a pas trainé! c'est déjà en place en Belgique : Lisez le dernier moniteur page 14 l'article "la naissance du "pharmacie de référence" ".
    Qu'est ce que je vous disez plus haut .... ?
    Et oui, c'est en route, la disruption macronienne dans la profession est en marche avec un gros coup de main de l'USPO.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

L'Ordre des pharmaciens propose de créer une catégorie de médicaments « à prescription pharmaceutique ». Ce sont des produits listés mais qui pourraient relever du conseil officinal. Y êtes-vous favorable ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...