13/03/2008 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
L’analyse détaillée des dépenses de médicaments sur 2007, communiquée aujourd’hui par l’Assurance maladie, confirme une faible progression des produits pour pathologies chroniques ou aiguës (+ 2,9 % et + 1,7 %) contre une forte croissance des médicaments pour pathologies lourdes (+ 11 %), dits de spécialité, qui représentent 56 % de la hausse des dépenses.
Par ailleurs, les molécules mises sur le marché de ville depuis 2005 représentent 85 % de la hausse des dépenses en 2007, dont un tiers correspondent à des innovations thérapeutiques (le poids de Lucentis et de Gardasil est souligné), un quart relevant de traitements transférés de l’hôpital vers la ville (pour une grande part des anticancéreux) et 45 % concernant des molécules à l’amélioration du service médical rendu faible ou nul.
Des économies paraissent difficiles à réaliser sur les médicaments de spécialité ou issues de l’hôpital (même s’ils sont chers), note-t-on. C’est donc surtout sur les médicaments du chronique ou de l’aigu, notamment les plus récents, que devront continuer de porter les efforts de maîtrise, laisse entendre la CNAM.








Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...