09/11/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Les neuf premiers mois de 2017 marquent le pas en termes de chiffre d’affaires réalisé sur le médicament remboursable. Selon des données IMS/Pharmastat communiquées par le syndicat USPO, l’activité sur le médicament à TVA 2,1 % (ventes et honoraires) a chuté de 1,43 % par rapport à la même période de l’année 2016, soit une évaporation de plus de 272 millions d'euros. Cette dégradation de l’économie se traduit pour le réseau officinal par une perte de rémunération de 121 millions d'euros sur le remboursable (- 3,06 %) imputable aux baisses de prix et à la chute des unités vendues (- ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 09/11/2017 à 18:32
    pharmaciencensuré
    alerter
    Chute de 272 millions de chiffre d'affaires, pertes de 40 millions d'unités pour un prix public moyen de 6,80 € pour les unités perdues alors que le prix public moyen est d'environ 10 € par unité pour le réseau.
    121 millions de pertes de marge soit 3 € de rémunération moyenne par unités perdues, alors que la rémunération moyenne est de 2 € par unité pour le réseau.
    Top crédibilité les chiffres USPO, mais de qui se moque t'on.
  • 09/11/2017 à 19:52
    dupont lajoie
    alerter
    je n'ai rien compris ...
    ça baisse c'est tout
    120.000 euros d'honoraires ça fait 10.00 euros par mois
    présenté comme ça très rapidement tout le monde va comprendre que l'on touche plus d'honoraires qu'un médecin généraliste
    et le jour où on va commencer à être attaqué la dessus on va rapidement se faire défoncer
    Merci l'USPO!
  • 09/11/2017 à 21:34
    PF
    alerter
    et bien dupont lajoie, si vous n'êtes pas capables d'expliquer que le fonctionnement d'une pharmacie n'a rien à voir avec celui d'un cabinet médical !!!
  • 10/11/2017 à 07:09
    MAURICE
    alerter
    10000€ par mois, mais pour financer le personnel, les investissements etc... Autant de choses qu'un médecin n'a pas.
    Ne dites pas des bêtises pareilles.
    Par contre je suis d'accord avec "ça baisse un point c'est tout
  • 10/11/2017 à 13:42
    DFP
    alerter
    De prime abord et sans recul nécessaire, effectivement on ne peut comparer que ce qui est comparable. Mais cependant au niveau public et médiatique on n'est plus à chercher à analyser les comparatifs structurels et économiques : on se sert à outrance de clichés chocs. Là Dupont Lajoie me semble bien être dans une certaine vérité possible. Ne fait-on pas déjà cela pour nos secteurs de la santé mais aussi pour beaucoup d'autres, y compris avec le "monde" politique ?
    Pharmacien maintenant en retraite je me souviens d'une époque où nous faisions tous les mêmes prix, où on n'hésitait pas à se passer les clefs de nos officines et où l'on condamnait les créations et transferts dans des centres commerciaux. Mais voilà, les positions dominantes étaient souvent tenues par les représentants de nos professions et ceux-là sont en fait bien responsables de ce qui est arrivé. D'autres voies étaient possibles, mais le fric appelle le fric le et le pharmacien (très) endetté n'a pas les moyens (à tous points de vue) de jouer dans la même cour......
    Maintenant après les Lafayettes et consorts, les groupes financiers arrivent et rachètent les grosses pharmacies dominantes (par le biais d'obligations convertibles), le pharmacien gérant (bien verrouillé) devenant un simple cadre supérieur salarié (ces groupes financiers - fonds de pensions - visent une rentabilité de 5 - 6% actuellement)
  • 10/11/2017 à 13:42
    DFP
    alerter
    De prime abord et sans recul nécessaire, effectivement on ne peut comparer que ce qui est comparable. Mais cependant au niveau public et médiatique on n'est plus à chercher à analyser les comparatifs structurels et économiques : on se sert à outrance de clichés chocs. Là Dupont Lajoie me semble bien être dans une certaine vérité possible. Ne fait-on pas déjà cela pour nos secteurs de la santé mais aussi pour beaucoup d'autres, y compris avec le "monde" politique ?
    Pharmacien maintenant en retraite je me souviens d'une époque où nous faisions tous les mêmes prix, où on n'hésitait pas à se passer les clefs de nos officines et où l'on condamnait les créations et transferts dans des centres commerciaux. Mais voilà, les positions dominantes étaient souvent tenues par les représentants de nos professions et ceux-là sont en fait bien responsables de ce qui est arrivé. D'autres voies étaient possibles, mais le fric appelle le fric le et le pharmacien (très) endetté n'a pas les moyens (à tous points de vue) de jouer dans la même cour......
    Maintenant après les Lafayettes et consorts, les groupes financiers arrivent et rachètent les grosses pharmacies dominantes (par le biais d'obligations convertibles), le pharmacien gérant (bien verrouillé) devenant un simple cadre supérieur salarié (ces groupes financiers - fonds de pensions - visent une rentabilité de 5 - 6% actuellement)
  • 10/11/2017 à 18:30
    PF
    alerter
    Et oui, Pharmacien censuré, comme chacun sait, les baisses de CA et de rémunération sont dues, d'une part mais également aux baisses de prix qui ont été plus que nombreuses.

    Et si vous lisez l'article du moniteur du 10 novembre, vous verrez que les chiffres que vous trouvez farfelus de l'USPO, sont repris par la FSPF, puisque pour le bilan 2015-septembre 2017, l'évolution du nombre d'ordonnances est le même. Ce ne serait quand même pas une coïncidence ???

    D'autre part, comme toutes les simulations et études sont faites sur les chiffres d'IMS, et comparés à ceux de la CNAM, heureusement qu'ils sont juste
  • 11/11/2017 à 14:26
    dupont lajoie
    alerter
    Rapidement : c'est l'éternel problème de la représentativité et de la compétence: les 2 ne vont pas forcément de paire. C'est pas parce que vous avez été "élu" dans le respect des règles en place que vous êtes forcément compétent. Ca me parait tellement évident... on voit ça tous les jours à tous les niveaux de la vie politique et dans les associations représentatives en tous genres. Les représentants USPO si ils tout à fait honorables et sil ils pensent bien faire n'en restent pas moins incompétents et surtout INSUFFISAMMENT STRUCTURéS pour tenir la boutique, c'est le cas de le dire, dans de bonnes conditions. Pas assez de conseils extérieurs, lobbying inexistant, certitudes (d'aller dans le mur) ... Il n'y a même pas de sujet en fait. D'ailleurs on voit bien dans quels flous et incertitudes on se trouve actuellement et ça se dégrade un peu plus tous les jours, inéluctablement.
    Avec ce qui nous pend au nez d'ici quelques mois suite à l'élection de Mr MACRON, nous allons tout simplement pour la plupart nous trouver totalement ruinés. Tout ce que nous auront mis une vie de travail à construire va partir en fumée, et beaucoup d'entre nous vont sortir totalement à poil et les autres en slip. La logique du Macronisme est de pulvériser les couches moyennes dont nous sommes des REPRéSENTANT CARICATURAUX et SYMBOLIQUEMENT INCONTOURNABLES pour redistribuer "nos richesses" mal acquises aux grands groupes et au fonds d'investissement qui sont devenus les meneurs de jeu du monde économique. Vous remarquerez d'ailleurs que l'on est passé de "fonds de pension" à "fonds d'investissement" ce qui n'est déjà plus la même chose. Ca se durcit inexorablement. Pour Macron nous sommes des représentant du 19° siècle (même pas 20°...) et le dernier représentant identifiable qu'il a en tête de par sa culture littéraire (il faut bien lui laisser ça...) c'est le pharmacien Homais de Mme Bovary.... et oui on en est resté là.
    Donc 10.000 euros par mois d'honoraires, comme DFP l'a bien ressenti lui, c'est tout ce que les gens vont "amalgamer". Leur expliquer le reste comme disent PF et MAURICE, vous avez certainement raison, je ne serai pas capable d'expliquer ça à mes patients mais surtout J'EN AI PAS DU TOUT ENVIE et PAS LE TEMPS. Je qui me dérange c'est que si je suis obligé d'en arriver là ça sera bien à cause de l'incurie des syndicats.
    La marge sur la première tranche va passer, en gros, je n'ai pas les chiffres exacts, à 11 % d'ici 2 ans contre 25% actuellement avec un report sur les honoraires plus qu'hasardeux. C'est pas tellement aux clients qu'ils va falloir expliquer ça mais aux futurs jeunes qui voudront racheter ma boutique (la sortie se profile), à leurs comptables et aux banques....
    Bien à vous
  • 11/11/2017 à 16:11
    dupont lajoie
    alerter
    CONCLUSION :
    Donc Macron, les fonds d'investissement et la GMS vont nous défoncer (sans oublier l'évolution prévisible de la réglementation sur la vente des médicaments sur internet, ne l'oublions pas, dissociation point de vente "pharmacie" obligatoire / entrepôts logistiques déportés, point crucial!)
    Et il nous restera les honoraires pour pleurer et le directeur de la CPAM pour organiser des réunions avec les syndicats...
    Qui fournit le Tranxène?
    On se fout de nous.
  • 11/11/2017 à 16:28
    DFP
    alerter
    Pour aller dans votre sens Dupont Lajoie, je connais des pharmaciens qui ne peuvent "sortir" en vendant leur affaire. En ce moment ils la proposent autours de 30% du CA HT et deux semblent même avoir indiqués qu'ils veulent la donner !!! Pourquoi ? Parce que si vous ne vendez pas, il y a cessation d'activité et donc il vous faut payer toutes vos charges obligatoires et licencier votre personnel. Cela coûte parfois très cher. Donc : vous ne récupérez aucun capital mais en plus vous devez payer une somme importante. Calculez vous-vous mêmes ce que vous devriez payer si vous étiez dans ce cas. Un détail, les deux pharmaciens citées - sauf erreur - ont plus de 70 ans. Pour ceux qui me feraient des objections, je mentionne qu'un de mes anciens successeurs (il y a plus de 30 ans) a vendu assez récemment son fond à 30% du CA TTC !
    Les fonds d'investissement s'activent et vont investir dans un premier temps toutes les positions dominantes dans les grandes villes ou villes moyennes mais ayant un rayonnement régional. J'ai eu connaissance des sommes en jeu pour deux groupes : elles sont colossales et font très peur ! Etant prudent bien qu'averti, 3 importantes pharmacie du Poitou-Charentes sont actuellement en cours de tractation. Le CA total de l'opération est supérieur à 20 ME. Compte tenu des objectifs et moyen de gestion, je plains les collègues concurrents ! Et attention, il sera objectivement inutile de racheter leurs licences pour regroupement. Oui le gouvernement actuel va faciliter tout cela. Baisses de prix, baisses des marges, il est nécessaire d'accroitre le volume. Des services de commandes et livraisons à domicile vont être développés (La Poste a commencé tout doucement, Amazon a reçu son agrément aux US). Par ailleurs les regroupements de gestion des complémentaires vont déboucher sur des groupes importants qui négocieront avec qui ??? Leurs partenaires et souvent mêmes financeurs : les fonds d'investissements !!!! Faut-il aussi indiquer cette stupidité des déconditionnements et reconditionnements journaliers pour les maisons de retraites qui entrent en plus en contradiction avec les numérus clausus puisque les patients concernés se trouvent sur des territoires fort éloignés : qui aura les reins solides pour bien "négocier" alors que là aussi les fonds d'investissements ont justement très investi (et ce n'est pas fini avec les nouvelles normes !) tout ce qui touche le secteur des MR et EPHAD. La mise en réseau via les participations croisées ou les investissements dans des pharmacies tiers a été pour moi une stupidité, tout comme certaines formes de sociétés. Lorsque je l'avais dit il y a pas mal de temps, je n'ai pas été compris et on m'a bien rentré dedans !!! Pourquoi ? Sauf cas exceptionnel de grosse structure avec une tête de pont importante (pouvant intéresser une société d'investissement) si des éléments du réseau constitué par investissement d'une pharmacie dans d'autres pharmacies deviennent fragilisés par une "locomotive" d'un groupe financier, alors il va se passer ce qui s'est passé ailleurs et notamment en industrie.... J'ai fait parti d'un groupement dont le but final était la possibilité de vendre le "package" à un grossiste. Mais voilà maintenant les grossistes sont dépassés sans avoir agi ! Et là danger ! Nous sommes dans une société où on déresponsabilise l'individu de différentes façons, il serait trop long de développer tout cela, mais pour ma part je n'ai jamais été en société car ma conception reste dans un système libéral personnel responsable : financièrement aujourd'hui c'est devenu stupide et très coûteux. Dans les années 80 on s'est battu contre un modèle "socialiste" de notre activité (pour les anciens, le fameux rapport SERUSCLAT, du nom du pharmacien sénateur auteur du rapport remis à MITTERAND). Nous plongeons actuellement dans un modèle comparable mais opposé où l'argent et les placements financiers seront à l'honneur. Avec beaucoup de recul, si nous réfléchissons bien au niveau de la qualité de l'exercice, peut-être que finalement le modèle socialiste aurait été préférable !!!! Et puis comme me disait à l'époque un confrère ami : on est vraiment con, on devrait tous voter socialiste compte tenu du CA procuré par les CMU et autres assistés !!!! A suivre et bon courage (je pense que je vais me faire rentrer dedans, mais j'ai l'habitude).
  • 11/11/2017 à 16:28
    DFP
    alerter
    Pour aller dans votre sens Dupont Lajoie, je connais des pharmaciens qui ne peuvent "sortir" en vendant leur affaire. En ce moment ils la proposent autours de 30% du CA HT et deux semblent même avoir indiqués qu'ils veulent la donner !!! Pourquoi ? Parce que si vous ne vendez pas, il y a cessation d'activité et donc il vous faut payer toutes vos charges obligatoires et licencier votre personnel. Cela coûte parfois très cher. Donc : vous ne récupérez aucun capital mais en plus vous devez payer une somme importante. Calculez vous-vous mêmes ce que vous devriez payer si vous étiez dans ce cas. Un détail, les deux pharmaciens citées - sauf erreur - ont plus de 70 ans. Pour ceux qui me feraient des objections, je mentionne qu'un de mes anciens successeurs (il y a plus de 30 ans) a vendu assez récemment son fond à 30% du CA TTC !
    Les fonds d'investissement s'activent et vont investir dans un premier temps toutes les positions dominantes dans les grandes villes ou villes moyennes mais ayant un rayonnement régional. J'ai eu connaissance des sommes en jeu pour deux groupes : elles sont colossales et font très peur ! Etant prudent bien qu'averti, 3 importantes pharmacie du Poitou-Charentes sont actuellement en cours de tractation. Le CA total de l'opération est supérieur à 20 ME. Compte tenu des objectifs et moyen de gestion, je plains les collègues concurrents ! Et attention, il sera objectivement inutile de racheter leurs licences pour regroupement. Oui le gouvernement actuel va faciliter tout cela. Baisses de prix, baisses des marges, il est nécessaire d'accroitre le volume. Des services de commandes et livraisons à domicile vont être développés (La Poste a commencé tout doucement, Amazon a reçu son agrément aux US). Par ailleurs les regroupements de gestion des complémentaires vont déboucher sur des groupes importants qui négocieront avec qui ??? Leurs partenaires et souvent mêmes financeurs : les fonds d'investissements !!!! Faut-il aussi indiquer cette stupidité des déconditionnements et reconditionnements journaliers pour les maisons de retraites qui entrent en plus en contradiction avec les numérus clausus puisque les patients concernés se trouvent sur des territoires fort éloignés : qui aura les reins solides pour bien "négocier" alors que là aussi les fonds d'investissements ont justement très investi (et ce n'est pas fini avec les nouvelles normes !) tout ce qui touche le secteur des MR et EPHAD. La mise en réseau via les participations croisées ou les investissements dans des pharmacies tiers a été pour moi une stupidité, tout comme certaines formes de sociétés. Lorsque je l'avais dit il y a pas mal de temps, je n'ai pas été compris et on m'a bien rentré dedans !!! Pourquoi ? Sauf cas exceptionnel de grosse structure avec une tête de pont importante (pouvant intéresser une société d'investissement) si des éléments du réseau constitué par investissement d'une pharmacie dans d'autres pharmacies deviennent fragilisés par une "locomotive" d'un groupe financier, alors il va se passer ce qui s'est passé ailleurs et notamment en industrie.... J'ai fait parti d'un groupement dont le but final était la possibilité de vendre le "package" à un grossiste. Mais voilà maintenant les grossistes sont dépassés sans avoir agi ! Et là danger ! Nous sommes dans une société où on déresponsabilise l'individu de différentes façons, il serait trop long de développer tout cela, mais pour ma part je n'ai jamais été en société car ma conception reste dans un système libéral personnel responsable : financièrement aujourd'hui c'est devenu stupide et très coûteux. Dans les années 80 on s'est battu contre un modèle "socialiste" de notre activité (pour les anciens, le fameux rapport SERUSCLAT, du nom du pharmacien sénateur auteur du rapport remis à MITTERAND). Nous plongeons actuellement dans un modèle comparable mais opposé où l'argent et les placements financiers seront à l'honneur. Avec beaucoup de recul, si nous réfléchissons bien au niveau de la qualité de l'exercice, peut-être que finalement le modèle socialiste aurait été préférable !!!! Et puis comme me disait à l'époque un confrère ami : on est vraiment con, on devrait tous voter socialiste compte tenu du CA procuré par les CMU et autres assistés !!!! A suivre et bon courage (je pense que je vais me faire rentrer dedans, mais j'ai l'habitude).
  • 15/11/2017 à 21:05
    pharmacien pas censuré
    alerter
    a pharmaciencensuré .Au cas ou vous ne le sauriez pas , nous n'avons plus de marge lineaire depuis des diazines d'années .
    donc vous auriez bien fait de vous censurer , cela vous aurait evité d'ecrire des conneries ..............

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK