15/01/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
essai thérapeutique, numéro d'information, douleurs, bial, Biotrial, Rennes, troubles neurologiques Gina Sanders - Fotolia

Six personnes sont actuellement hospitalisées dont l’une en état de mort clinique au centre hospitalier de Rennes après avoir testé une molécule antalgique par voie orale dans le cadre d’un essai thérapeutique de phase 1 mené par le laboratoire rennais Biotrial pour le compte de l’entreprise pharmaceutique portugaise Bial

Pour rappel, l’essai de phase 1 est mené sur des volontaires sains. Il s’agit de la première phase où le médicament est administré à l’homme.

L'état du premier individu hospitalisé dimanche avec des symptômes aigus évoquant un accident vasculaire cérébral s'est rapidement aggravé. Les 5 autres individus admis au cours de la semaine sont toujours dans un état grave, mais conscients et sous surveillance. Quatre d’entre eux ont montré des troubles neurologiques de degrés divers et un n’a actuellement pas de symptômes mais fait l’objet d’une surveillance attentive. Ces personnes ont intégré l’essai le 4 janvier et ont toutes reçues la même dose de la molécule en administrations répétées. Il s'agissait de la dose la plus élevée testée dans cet essai.

Un numéro pour les patients

L’essai, immédiatement arrêté, avait débuté le 9 juillet 2015 et 90 personnes y ont déjà participé, ayant reçu la molécule ou un placebo. Toutes ces personnes seront contactées pour recevoir une information précise et personnalisée. Elles feront l’objet d’un examen médical spécialisé. En parallèle, un numéro d’information est d’ores et déjà mis à leur disposition au sein du centre hospitalier : 02 99 28 24 47.

Lors d'une conférence de presse, ce vendredi 15 janvier, Marisol Touraine, ministre de la Santé, a tenu à souligner qu’aucun médicament commercialisé n’est en cause et que contrairement à ce qui avait pu être annoncé dans la presse, la molécule testée n’est ni du cannabis, ni un dérivé de cannabis. Cette molécule visait à soulager les douleurs par un mécanisme enzymatique augmentant le taux de cannabinoïdes endogènes.

La ministre a également annoncé le lancement de deux enquêtes, l’une de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) et l’autre de l’IGAS (Inspection des affaires sociales).






Anne Drouadaine

Les dernières réactions

  • 19/01/2016 à 14:47
    Lucas
    alerter
    Pour être plus précis, il s'agissait d'un inhibiteur de la FAAH (enzyme qui dégrade l'anandamide). Il ne s'agit donc pas d'un cannabinoïde (naturel ou synthétique), mais d'un inhibiteur de la dégradation d'endocannabinoïdes.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...