12/12/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Stéphanie Bérard et Laurent Lefort

Dans son étude 2017, parue en avant-première dans le quotidien Le Parisien, l'Observatoire des prix de l'association Familles rurales fait état d'une hausse de 4,3 % en un an du prix des médicaments vendus sans ordonnance, avec de fortes disparités de prix d'un point de vente à l'autre. Cette conclusion provient de relevés de prix effectués dans 40 points de vente et sur 43 sites internet en octobre 2017.  D'une manière générale, l'observatoire pointe du doigt les cinq plus fortes hausses de prix : Activir (+9,77 %), Dacryum (+9,59 %), Nurofen (+8,93 %), Nicopass (+7,72 %) et VoltarenActigo (+8,23 %). Sur onze ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 12/12/2017 à 17:13

    alerter
    Est ce que famille rurale s'intéresse au prix d'achat du pharmacien, les labos n'ont-ils pas augmenté leur prix? Et les produits en question sont-ils tous en stocks et commandés en direct ou bien certains sont commandés via les grossistes? Ce genre d'article est comme d'habitude à charge pour le pharmacien et sans explication....
  • 12/12/2017 à 18:48
    BREZHONEG
    alerter
    France Info s'est fait un plaisir d'interviewer Familles Rurales,bien evidemment sans droit de reponse.
    Ce sont ces lobbys qui ont convaincu la ministre Veronique Neiertz, parce qu'a l'epoque,nous vendions tous au meme prix,qu'il y avait "entente". Aujourd 'hui, il n'y a pas assez "d'entente" ??
  • 12/12/2017 à 22:14
    Domino
    alerter
    Tant que nous n’aurons pas des prix de vente indicatifs à + ou - 5%, comme cela est pratiqué sur les livres en librairie, notre profession souffrira de cette image désastreuse qui nous est renvoyée régulièrement par certains médias et associations.
    Le vrai médicament ne doit pas varier de prix d’une pharmacie à l’autre. Sous prétexte de «saine concurrence», on arrive exactement au résultat contraire, à une situation très malsaine.
  • 13/12/2017 à 06:49
    MAURICE
    alerter
    RTL et les grosses têtes se sont fait un plaisir de dégommer la profession, et quand des pharmaciens ont essayés d' expliquer, la situation, gros rires entendus, coupure rapide, afin de ne pouvoir développer les arguments contraires.
    Seule solution à ces attaques idiotes, le prix unique.
    Il est évident, que cela ne s'inscrit pas dans le logiciel de Bercy.
    Ils viendront pleurer sur les déserts médicaux, et feront la queue devant les pharmacies d’abatage.
  • 13/12/2017 à 09:10
    Margt
    alerter
    impitoyable loi du commerce mais ne pas oublier le conseil ,ce bon conseil ...qui lui n'a pas de prix ...
  • 13/12/2017 à 12:33
    reseausante
    alerter
    En réponse à Domino, sur les livres en librairie, et sauf erreur de ma part le prix n'est pas libre. L'éditeur signale aux autorités le prix de vente, qui sera donc le même partout, et les vendeurs ont le droit uniquement d'appliquer une réduction maxi de 5% sur le prix indiqué (la Fnac par exemple applique cette réduc sur le prix de vente, quand d'autres libraires le font par remise sur carte de fidélité
  • 13/12/2017 à 12:48
    Domino
    alerter
    En réponse à reseausanté

    Oui c’est exactement ce que je veux dire, le prix ne doit pas être libre

    C’est pour cela que je cite le livre qui est un produit protégé par un prix imposé à + ou - 5%

    Il n’y a pas de raison pour que le livre soit considéré comme un produit plus « noble » que le médicament. Le médicament même sans ordonnance, doit être réglementé au niveau du prix public.

    Nous devons être nombreux à le demander, cela nous protégera.
  • 13/12/2017 à 13:59
    reseausante
    alerter
    En réponse à Domino
    En effet, cela résoudrait beaucoup de critiques ! Et couperait court à la course au low cost
  • 13/12/2017 à 17:31
    Margt
    alerter
    La profession se libéralise et se médicalise ...

    Le distinguo ...sera le prix bas ,le conseil ,les services : pda tests ,entretiens ,livraisons ,services aux personnes agées ...

    on saura s'adapter ...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

L'augmentation du point salarial de 1,6 % est-elle suffisante ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK