21/11/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
pharmacien médicaments santé vente baisses de prix convention système de santé DR

Intervenue lors de la 29e Journée de l’Ordre national des pharmaciens le 21 novembre, la ministre de la Santé a tenu à renouveler sa confiance à la profession, consciente que cette dernière est confrontée à une mutation profonde du métier.

Rappelant son opposition constante à la vente des médicaments en grande surface « et à une libéralisation excessive de l'activité sur Internet qu'il est indispensable de pouvoir encadrer au nom de la sécurité sanitaire », Marisol Touraine annonce la signature et la publication prochaine de l’arrêté relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments. Ce texte notifié cet été à la Commission européenne « n’a soulevé aucune remarque », souligne-t-elle.

Quid de l’impact des baisses de prix des médicaments sur l’économie officinale ? La ministre de la Santé déclare avoir entendu les préoccupations. Pour que la rémunération des pharmaciens dépende davantage d’objectifs de santé publique et moins du prix du médicament, elle souhaite que « l’ensemble des missions des pharmaciens, le conseil et l’accompagnement soit mieux pris en compte », via la future convention pharmaceutique.

Une lettre de cadrage des futures négociations conventionnelles sera transmise « prochainement » au directeur général de l’UNCAM dans ce sens. « Un accompagnement financier pluriannuel soutiendra la prochaine convention », rappelle-t-elle.

Concernant le maillage officinal, elle réaffirme le rôle central des pharmaciens dans la nouvelle organisation du système de santé. « L’enjeu est de préserver les officines dans les territoires fragiles et non de créer des officines supplémentaires dans les zones denses ».

Marisol Touraine reconnait que le projet d’ordonnance destiné à simplifier les règles de création, de transfert, de regroupement et de cession d’officines a été finalisé et sera soumis à la concertation à partir du 1er décembre.






Les dernières réactions

  • 21/11/2016 à 16:15
    drlouzou
    alerter
    Espérons , car "Les promesses ceux qui y croient" . Espérons vraiment , car le nombre de "burn-out" explose ...
  • 22/11/2016 à 18:25
    Jeum37
    alerter
    "Quid de l’impact des baisses de prix des médicaments sur l’économie officinale ? La ministre de la Santé déclare avoir entendu les préoccupations."
    Malheureusement, cela ne préoccupe que les officinaux, pas la ministre, ni nos syndicats...
  • 23/11/2016 à 10:57
    BREZHONEG
    alerter
    comme ma reponse a Adenot et les epiciers ne passe pas (?),je la met ici:

    Ce que dit I.Adenot est un texte passe partout ,qui ne va rien changer,car les gens visés ne se sentent pas concernés,ne se voyant pas en epicier avec leur "2 boites de traitement,le 3eme gratuit". On ferait mieux de se demander,a l'Ordre, si des officines de 25 salariés, c'est bien toujours "le Pharmacien au comptoir,exerçant pour la population desservie".(Imaginez si les medecins travaillaient dans cet esprit epicier,la honte !!!) Et si en les fermant,on ne ferait pas un grand pas vers une revivification des autres mailles du reseau DE PROXIMITE A TAILLE HUMAINE.Pourquoi la fermeture des petites et pas celle des grosses?Egalite de diplome,egalité de traitement !!En plus,elles deviennent inachetables vu leur prix,et comme on dit aux jeunes de ne pas acheter petit et que celles qui sont a 1M de c.a et plus,en centre ville ou en desert medical, ferment aussi,il ne leur reste plus de creneau.On crée progressivement une situation où les jeunes devront faire une croix (sic) sur leur propre officine Pas de petite,pas de moyenne ,pas de grosse.

  • 23/11/2016 à 18:53
    ppp
    alerter
    Après avoir démoli le réseau pharmaceutique, et la santé en général, voici la pommade électorale.
    Adieu Hollande Macron Touraine.
  • 23/11/2016 à 19:03
    drlouzou
    alerter

    Bonnes pratiques, convention, réseau… Marisol Touraine promet la publication de plusieurs textes

    Intervenue lors de la 29e Journée de l’Ordre national des pharmaciens le 21 novembre, la ministre de la Santé a tenu à renouveler sa confiance à la profession, consciente que cette dernière est confrontée à une mutation profonde du métier.

    Rappelant son opposition constante à la vente des médicaments en grande surface « et à une libéralisation excessive de l'activité sur Internet qu'il est indispensable de pouvoir encadrer au nom de la sécurité sanitaire », Marisol Touraine annonce la signature et la publication prochaine de l’arrêté relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments. Ce texte notifié cet été à la Commission européenne « n’a soulevé aucune remarque », souligne-t-elle.

    Quid de l’impact des baisses de prix des médicaments sur l’économie officinale ? La ministre de la Santé déclare avoir entendu les préoccupations. Pour que la rémunération des pharmaciens dépende davantage d’objectifs de santé publique et moins du prix du médicament, elle souhaite que « l’ensemble des missions des pharmaciens, le conseil et l’accompagnement soit mieux pris en compte », via la future convention pharmaceutique.

    Une lettre de cadrage des futures négociations conventionnelles sera transmise « prochainement » au directeur général de l’UNCAM dans ce sens. « Un accompagnement financier pluriannuel soutiendra la prochaine convention », rappelle-t-elle.

    Concernant le maillage officinal, elle réaffirme le rôle central des pharmaciens dans la nouvelle organisation du système de santé. « L’enjeu est de préserver les officines dans les territoires fragiles et non de créer des officines supplémentaires dans les zones denses ». Marisol Touraine reconnait que le projet d’ordonnance destiné à simplifier les règles de création, de transfert, de regroupement et de cession d’officines a été finalisé et sera soumis à la concertation à partir du 1er décembre.

    Si nous devons saluer la « préoccupation » de notre ministre de tutelle, encore une fois, la réponse est à coté de la plaque.

    Deux discours se croisent. En effet, les pharmaciens officinaux parlent de survit immédiate, et deux réponses nous sont données :

    la première est sur une lettre de « cadrage » au directeur général de l’UNCAM dans ce sens. « Un accompagnement financier pluriannuel soutiendra la prochaine convention »,

    la deuxième est sur la simplification des règles de création, de transfert, de regroupement et de cession d’officines (?).

    En effet, rappelons cette fameuse phrase : « Les promesses n’engagent durablement que ceux qui y croient ». Les pharmaciens d’officine parlent de Santé Publique, et notre Ministre nous parle de UNCAM. J’ai raisonnablement peur que la lettre de cadrage, soit effectivement mise dans un cadre, destiné à prendre la poussière dans les placards onéreux et dorés des « patates chaudes » à transmettre en 2017…

    Soyons immodérément optimiste, certes , mais d’ici là, à raison de une fermeture d’officine par jour, je vous laisse compter…

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK