12/10/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Nantes, Rennes, La Rochelle, Bordeaux… Un vent doux et chaud souffle sur le marché des transactions de la façade ouest. « Les acheteurs sont plus présents, en particulier sur les affaires situées à proximité - à une demi-heure - des métropoles », remarque Patrice Manquillet du cabinet Patrice Manquillet Conseil. Un grand écart sur les prix Ce regain est en grande partie lié à la baisse des prix qui restent néanmoins très disparates selon la taille et l’emplacement des officines. « Ils se maintiennent sur les pharmacies de plus de 2 M€, plongent en dessous d’1 M€ et subissent une lente érosion dans ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 13/10/2016 à 16:36
    53
    alerter
    Ils en auront fait du mal aux jeunes diplomé(e)s,ceux qui leur repettaient "il ne faut pas acheter petit".Comme ils ou elles n'avaient un apport personnel que pour ce type d'officine, on desesperait ces jeunes.Ou alors ils se mettaient a 3 pour acheter une pharmacie a 1.5 de C A en centre ville.....et ils se retrouvaient avec l'equivalent d'une petite officine chacun.Quand a la progression des C.A en centre ville,ca mettait de l"ambiance entre les associés.....On va peut etre enfin voir cesser (un peu) la desertification, et ne plus voir fermer des pharmacies viables et meme plus resistantes que des structures a gros couts fixes mensuels.Les etudes de marchés "a la louche" et autres conseils du style"oh là là,en ce moment,faut pas bouger", ça n'aura eu qu'un temps (trop long).

  • 14/10/2016 à 16:03
    Fitou
    alerter
    Celà fait 18 mois que j'attends le moindre acquéreur potentiel pour une pharmacie rurale parfaitement saine et viable de 700000€ de CA , 31% d' EBE , aucune charge , à un prix de - de 50%
    Ou sont les jeunes diplomés en question ???
    Ils préfèrent des pharmacies de ville à 1500 000€ avec le parrainage d'investiteurs qu'ils mettront 30 ans à rembourser tout en se servant des salaires de misère parce qu'ils n'auront pas le choix
    Triste et lamentable
  • 15/10/2016 à 10:43
    Germain 37
    alerter
    J'ai vendu une officine rurale , 900000€ de CA (création), il y a quelques années. Effectivement je gagnais bien (très très) ma vie, mais travailler 5j1/2 par semaine, + les gardes,+ des remplaçants difficiles à trouver+ l'angoisse de se retrouver sans médecin (ce qui est le cas maintenant), on peut comprendre les jeunes diplômé(es). Et surtout, dorénavant, ces officines ne trouvent plus preneurs, alors forcément ça n'attire plus.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...