07/09/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
médicaments, communication, pharmacie, produits, santé DR

Le projet de nouveau code de déontologie élaboré par l’ordre des pharmaciens et rendu public mardi 6 septembre s’accompagne de propositions portant sur la publicité, la communication et l’information des officines.

  • Ainsi, les produits, prestations et activités proposés par les pharmaciens peuvent faire l’objet de présentations dans les vitrines des officines et en façade de celles-ci.

  • Désormais, l’emplacement consacré aux messages de santé publique et d’actions de veille et de protection sanitaire organisées par les autorités de santé doit être significatif par rapport aux messages publicitaires.

  • Par ailleurs, l’affichage des prix des médicaments, visible, lisible et uniforme, doit éviter toute forme d’incitation à la consommation abusive de médicaments.

  • Concernant les cartes de fidélité, elles ne doivent pas porter sur l’activité de vente de médicaments et de dispositifs médicaux, de même que sur les nouvelles missions (éducation thérapeutique, etc.) et la coordination interprofessionnelle.

  • Les formations et animations sont possibles au sein de l’officine, dès lors qu’elles sont effectuées sous la responsabilité du pharmacien et visent des activités, produits ou objets dont le commerce est autorisé en officine.

  • La croix verte et le caducée vert, emblèmes officiels des pharmaciens français, autorisés à figurer à l’extérieur des officines, ne peuvent être utilisés comme vecteurs de messages à caractère publicitaire ou promotionnel. Le sigle du groupement ou du réseau dont est membre le pharmacien « ne saurait prévaloir sur la dénomination ou l’identité de l’officine », indique le nouveau code.

  • Toujours à l’extérieur de l’officine, la distribution de documents publicitaires en faveur de l’officine, de ses produits, prestations ou activités n’est pas autorisée. Toutefois, peuvent figurer sur un véhicule de l’officine ou au sein d’un établissement de santé ou médicosocial, le nom, le sigle ou logo, les coordonnées de la pharmacie, ses horaires et emblèmes, ainsi que les prestations et activités réglementairement autorisées.

  • La publicité en faveur d’une officine n’est pas autorisée lors de la tenue de manifestations ou d’événements festifs, culturels et sportifs.

  • Quant aux groupements et enseignes de pharmacie, ils peuvent mener des campagnes de prévention, communiquer sur des prestations et activités, mais ne peuvent comporter aucune publicité individuelle pour les officines membres ou adhérentes.

  • Les pharmaciens peuvent être référencées sur le site Internet du groupement ou du réseau auquel ils adhèrent sous conditions.

  • Sur les sites marchands de médicaments, la présentation des médicaments doit se faire sans artifice de mise en valeur.

  • Par ailleurs, quelque soit le vecteur utilisé, une officine ne peut communiquer directement avec un client qu’avec son consentement exprès et préalable.

  • L’achat de référencement au bénéfice d’une officine dans un moteur de recherche ou tout support numérique est interdit.

Ces propositions doivent être transmises au ministère de la Santé qui décidera ou non de leur application.






Les dernières réactions

  • 07/09/2016 à 18:45
    PIPO74
    alerter
    Et bien avec ça nous ne sommes pas prêt à nous défendre de la grande distribution ou des ambulanciers qui font du MAD !!!
  • 07/09/2016 à 20:00
    pascaloubis
    alerter
    Je ne voie presque aucune évolution, oui faire de la publicité sur nos horaires sur une voiture de livraison que la quasi des pharmacies n'ont pas, effectivement avec ceci, on va se défendre devant la grande distribution qui fait de la publicité de leur parapharmacie a outrance !!

    on est encore d'évoluer au sujet de la publicité pour nos officines !!
  • 07/09/2016 à 20:00
    pascaloubis
    alerter
    Je ne voie presque aucune évolution, oui faire de la publicité sur nos horaires sur une voiture de livraison que la quasi des pharmacies n'ont pas, effectivement avec ceci, on va se défendre devant la grande distribution qui fait de la publicité de leur parapharmacie a outrance !!

    on est encore d'évoluer au sujet de la publicité pour nos officines !!
  • 07/09/2016 à 20:02
    pascaloubis
    alerter
    Je ne voie presque aucune évolution, oui faire de la publicité sur nos horaires sur une voiture de livraison que la quasi des pharmacies n'ont pas, effectivement avec ceci, on va se défendre devant la grande distribution qui fait de la publicité de leur parapharmacie a outrance !!

    on est encore loin d'évoluer au sujet de la publicité pour nos officines !!
  • 08/09/2016 à 10:25
    cf
    alerter
    D'après les commentaires,on peut prédire que quoiqu'il fasse , l'Ordre ne pourra jamais changer la mentalité de nos pharmaciens discounters , fans de Leclerc..
  • 08/09/2016 à 10:40
    goryb
    alerter
    note de l'ars au courrier , "pouvez vous nous communiquer vente de médicaments médication familiale(total) , idem sur internet , vente médicaments vétérinaires , vente de dispositifs médicaux , vente de produits de parapharmacie "....avec la déclaration du ca de la pharmacie , ça sent le contrôle et les coupes sombres sous peu . affairistes de tous poils vous démolir la pharmacie , car ce sont les autres qui vont trinquer ...le but de l'ars étant de faire disparaitre le maximum d'officine .
  • 08/09/2016 à 11:28
    PIPO74
    alerter
    CF Vous croyez que nous sommes fans de Leclerc ou discounteurs ? - C'est stupide !

    Par contre nous préférons nous battre à armes égales que de disparaitre sans bruit comme sont disparus les épiciers, les pompistes et bien d'autres …
    Le Figaro du 19.05.2016 : "Une pharmacie mettrait la clé sous la porte tous les deux jours" ce qui fait à peu près 1%

    "Seules sont perdues d'avance les batailles qu'on ne livre pas
  • 08/09/2016 à 11:30
    André martin
    alerter
    Autant se tirer une balle dans le pied.
    Le métier reste ringard, poussiéreux, timoré, conservateur et sans vision d'avenir.
    J'en suis à interdire à mes enfants de faire des études de pharmacie.
  • 08/09/2016 à 11:40
    cf
    alerter
    Ce qui m'embête le plus , c'est que je vais être obligé de mettre une affiche "entretien pharmaceutique" aussi grande que mes affiches de solde de doliprane à 1€15...Ma vitrine va être trop petite..
  • 08/09/2016 à 15:43
    Jeum37
    alerter
    On pourrait peut-être revoir la liste de ce qu'on a le droit de vendre en pharmacie, au passage, non ? Les GMS réclament ce qui est encore dans notre monopole mais vendent aussi tout ce qu'elles peuvent à côté !
    Je ne demande pas de pouvoir vendre du cassoulet, des salades ou des lavabos mais il existe pas mal d'articles de remise en forme, de soins et beauté ou tout simplement les sacs réutilisables que nous distribuons ne me paraissent pas anti déontologiques...
  • 08/09/2016 à 15:54
    PIPO74
    alerter
    Cette liste des produits autorisés à la vente est tellement stupide que plus personne s'en préoccupe. ..
  • 08/09/2016 à 18:32
    14
    alerter
    je n'ai pas eu besoin de leur interdire de faire les études de pharmacie , mes enfants ont constaté que les affairistes faisaient de la merde et en plus pas aussi bon que la grande distribution(en terme de rentabilité , quitte à faire du supermarché comment les groupes laf etc...) .aucun respect entre con frères , compérage et copinage , magouilles avec les medicaments veterinaires et des ordonnances d'élevage gardées par les pharmacies moyennant 200 euros en dessous de table aux vetos prescripteurs et par des responsables dignitaires bien placés ; délateurs pour les autres ; mais magouilleurs avec les maisons de retraite etc...donc ils ont préféré aller ailleurs .
  • 09/09/2016 à 22:09
    flolarche
    alerter
    Rien de bien neuf quoi. Il ne faudrait surtout pas déstabiliser le réseau poussiéreux, dans l'intérêt du patient bien sûr...
  • 12/09/2016 à 15:43
    14 bis
    alerter
    le métier n'est pas ringard , ni poussiéreux . il ne faut pas confondre marketing publicité commerce et professionnalisme pharmaceutique : et faire correctement son métier c'est déjà beaucoup de temps et d'investissement , sans penser aux petits copieurs de monsieur leclerc , comme le groupe lafayette : drugstore peut être mais pas pharmacie , la bêtise vous aveugle . qu'il n'y ait plus de magouille avec les Maisons de retraite , de compérage véto prescripteur et pharmaciens de groupe soit disant de défense du médicament humain et veto , ce qui n'est pas reluisant pour la profession (surtout quand membres des instances syndicale et ordinale font partis de ses groupes !!!) .c'est d'abord à ça qu il faut faire la chasse .
  • 12/09/2016 à 15:51
    PIPO74
    alerter
    Si les "magouilles" que vous décrivez sont réelles comment se fait-il que l'Ordre n'en ait pas connaissance et n'y mette pas terme ?
  • 12/09/2016 à 15:52
    PIPO74
    alerter
    Simplement pour ma part je voudrais être à armes égales avec mes concurrents qu'ils soient confrères ou autres.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...