22/07/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
évolution des remboursements des soins et des médicaments au premier semestre 2016 DR

Sur le premier semestre 2016, l’évolution des remboursements de médicaments délivrés en ville est de baisse de 1,2%.

Avec la rétrocession incluse, le recul est de - 2,3%.

C'est la teneur d'un communiqué de l'Assurance-maladie du 22 juillet.

Sur la même période, il fait état d'une progression des remboursements de soins du régime général de + 1,8% .

Les remboursements de soins médicaux et dentaires augmentent de + 2,1%, les soins d’auxiliaires médicaux de + 3,7% principalement pour les remboursements de soins infirmiers (+ 3,8%) et dans une moindre mesure pour ceux de soins de kinésithérapie (+ 3,5%). Les remboursements d’analyses médicales augmentent de + 2,5%.






Les dernières réactions

  • 23/07/2016 à 08:10
    coco
    alerter
    et je suppose que ça leur fait plaisir à la CNAM ? bande de nazes...pourquoi ne pas tout déremboursé comme ça il pourront se féliciter autour d'une coupe millésimée à nos frais....
  • 23/07/2016 à 08:59
    ppp
    alerter
    impossible de reculer sans tomber.
  • 23/07/2016 à 10:19
    *141
    alerter
    Pendant que les autres professions medicales continuent dans l'evolution positive, la disparition de 1 % des officine chaque annee ,accompagnée de baisse de prix,deremboursements,baisse de l'esperance de vie,etc , font encore une fois evoluer en negatif la Pharmacie.Mais c'est encore sur elle qu'on va taper pour financer ceci ou cela, puisque "les pharmaciens?ils ne reagissent jamais!" (dixit un cadre retraité de la Secu).Les 65 % qui sont dans la mediocrité materielle sont représentés au syndicat par les 15 % qui gagnent encore bien leur vie, alors .....
  • 23/07/2016 à 22:58
    brucine
    alerter
    Voilà de la bio-statistique qui vole bien trop haut pour le pharmacien sans grade que je suis.

    Récapitulons: il y aurait donc 65% de mal payés, 15% de bien payés, restant 15% de quoi? Zombies?

    Et le tout dans un état mexicain où environ 1 sur 4 de ces personnes (puisque, encore une fois, les autres ne sont que vue de l'esprit) disposerait d'un mandat syndical?
  • 25/07/2016 à 08:15
    rab74
    alerter
    brucine il faudrait arrêter de pontifier... les x % restants ne sont pas des zombies (faut pas trop regarder la télé) mais des "sans trop de problèmes", que l'évolution actuelle ne touche pas...encore! Quant aux mandats syndicaux, peu importent les stats: ils semblent bien incapables (pour des raisons peut-être très valables mais que nous sommes à la veille de connaitre) de s'accorder et d'être aussi persuasifs que les syndicats de médecins généralistes. Donc nous sommes la seule voie de décroissance des dépenses santé, puisque nous fermons notre grande gueule (sauf quand il s'agit de dénigrer le confrère) quand on nous pique les revenus de notre travail (2015: -20000euros de marge en moyenne pour une pharmacie d'environ 1M de CA). Quelle profession accepte ça sans broncher? pas besoin d'être un état mexicain pour vouloir en profiter.
  • 25/07/2016 à 10:39
    pas d'accord
    alerter
    Fondamentalement que les remboursements soient en recul au niveau de la CNAM, ça ne prouve rien.
    Ce que l'on peut dire par contre c'est que tous nos instances et les représentants sont quasi incompétents pour nous défendre. On l'a encore vu avec la dernière polémique sur l'ordre et sa clause de conscience ! De quoi je me mêle! Du coup effectivement dans la profession personne ne dit jamais rien car certains bénéficient de protections et les autres se font systématiquement allumer. C'est le royaume du copinage et des petits chefs. Donc tout le monde suit le mouvement.
    Mais notre problème actuellement c'est que tous les investissements que nous faisons à titre personnel pour améliorer nos outils de travail et de fait améliorer le circuit de distribution dont on a la charge, et bine on arrivera jamais à les amortir! Tout simplement. On paie avec nos sous un aménagement du circuit de plus en lus performant mais qui a la fin ne vaudra rien pour nous. C'est ça la révolution de la profession actuellement.
  • 25/07/2016 à 11:03
    brucine
    alerter
    La question est de commenter un fait objectif: baisse de CA et/ou de marge.

    Je n'ai fait que relever un curieux no man's land où sont évoqués des chiffres que rien n'atteste (65% des gens qui gagneraient mal leur vie et 15% qui la gagneraient bien): il est incontestable que les 15% restant ne peuvent exister, puisque s'agissant de gens ne gagnant leur vie ni bien, ni mal.

    Élucubration encore que le fait de soutenir que 15% de cette population seraient, sinon eux-mêmes représentants syndicats, leurs seuls électeurs: des sources?

    Je n'ai dit à aucun moment qu'il n'existait pas un problème économique réel (encore que pas pour tous) ni que les syndicats faisaient preuve d'une quelconque efficacité (cela ne fait jamais qu'au moins 50 ans que cela dure).

    Il est également singulier d'évoquer la télé de manière condescendante: à chacun sa "culture", puisque le terme "zombie" ne lui doit rien et que d'ailleurs le concept lui-même est historiquement bien plus ancien que les rites vaudou.

    Ces mêmes "autorités" se gargarisent tous les jours que nous serions une profession scientifique: le moins me semble, dans ces conditions et si l'on veut étayer son argumentation de chiffres, rien n'y oblige, de ne pas raconter n'importe quoi.

    Libre à vous d'appeler cela "pontifier", au risque d'entretenir dans ces colonnes ou ailleurs des propos de café du commerce qui ne seraient pas graves s'ils se contentaient de ne pas nous grandir, mais qui enlèvent toute crédibilité aux justes revendications que nous pourrions avoir sur la question.

    En tout cas, vos attaques sous la ceinture ne manquent pas de maintenir le débat au même niveau, et je vous remercie à cet égard de la qualité de votre contribution.
  • 25/07/2016 à 15:33
    ppp
    alerter
    L'incompréhension que l'on a face aux chiffres, est normale, voulue, programmée par des technocrates, qui ont tellement compliqué la marge du pharmacien qu'elle en est illisible. J'ai mes propres statistique, que je fais toutes les semaines. en 2012 à la même époque j'avais une croissance de 5,8% et une marge croissant de 1%, à la même date ma croissance de 8% ne génère que 1% de croissance de marge.
    Donc la marge est bien laminée.
    (entre temps -7% de CA suite à la suppression de places de parking dans la rue, d'où ce rattrapage)
  • 25/07/2016 à 17:13
    *141
    alerter
    Brucine,svp, nous vivons a l'epoque de la com'.Un peu moins de delectation dans le maniement d'une elegance de syntaxe que les Ecrivains du siecle des Lumieres ont de toute façon placée à un niveau insurpassable,serait ce trop demander? Les 15% de pharmaciens qui manquent dans mon tableau ne manquent qu'a ceux qui ne veulent pas les voir.Quand au nombre de membres des Bureaux Departementaux de la Fédé,chez nous ils sont 20,auxquels il faut ajouter USPO et UNPF.Pour 220 officines dans le departement,on ne doit pas etre loin de 15%.
    Pour "pas d'accord", la baisse des remboursements est liée a la baisse du nombre d'ordonnances (stats de l'uspo recues il y a 3 jours): 2014, 597 500 000 ordo.et 2015 594 700 000 ordo. Pour les ordo de + de 5 lignes,on descend aussi: 87 millions en 2014 et 85 750 000 en 2015. CA FAIT DU -2 %.....
  • 25/07/2016 à 17:53
    brezhoneg
    alerter
    Oui "pas d'accord", nos investissements sont peut etre a fonds perdus.Mais ce qui est siderant, c'est que personne (sauf moi) ne refuse quand la Secu decide qu'il faut passer au procédé SCOR: " pour mes besoins,il faut changer vos programmes,et c'est vous qui payez" !!! Voila un truc qui permettait de faire une action de defense.EH BIEN NON! Les ramollis se sont couchés,une fois de plus!
  • 25/07/2016 à 18:15
    pas d'accord
    alerter
    Bonjour *141,
    Effectivement beaucoup de représentants en tous genres pour des résultats nuls voire contre productifs. Il vaudrait mieux un bon chef... je connais la réponse : si t'es pas content t'as qu'à t'engager c'est ça la démocratie.
    Effectivement cet hiver on a vu moins d'ordo, et les médecins prescrivent de moins en moins, on a rien découvert de nouveau. Mais les honoraires, ça c'est bien nos super représentants issus de la démocratie qui les ont négociés.
    Bref, il faut faire appel à un cabinet de lobbying extérieur et plus toucher à tout ça on est incompétent pour défendre nos intérêts.
  • 25/07/2016 à 19:09
    *141
    alerter
    Il y a aussi peut etre un effet colateral des generiques: Comme les medecins ne sont plus tout a fait les prescripteurs,puisque nous passons derriere pour changer les choses, les medecins font moins l'objet des stimulations empressées des labos....et la pression de la CNAM s'y ajoute,soit par le baton,soit par la carotte financiere.Resultat : du negatif pour les professions prescrites.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...