15/06/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Institut Montaigne, Présidentielles, numérique, système de santé, soins coordonnés © Miguel Medina
« Véritable enjeu social, sociétal et économique, la santé doit être au cœur de la campagne présidentielle 2017 », soutient l’Institut Montaigne qui considère que le système de santé français se trouve dans une impasse.

Avec près de 250 Mds d’euros par an consacrés aux dépenses de santé, soit près de 11 % de son PIB en 2015, la France est l’un des pays au système de santé le plus cher au monde, note l’Institut, rappelant que l’Assurance maladie concentre à elle seule près de la moitié du déficit de la Sécurité sociale.

La croissance des dépenses restant toujours plus rapide que la croissance du PIB, cela pose donc la question de la viabilité de notre système de santé sur le long terme.

L’Institut Montaigne met l’accent sur plusieurs dysfonctionnements auxquels les officinaux pourraient apporter des améliorations pour peu qu’ils soient mis à contribution.

Parmi ces dysfonctionnements, une « offre de soins qui peine à s’adapter aux évolutions des besoins de la population. Le vieillissement de la population et le développement des maladies chroniques imposent ainsi de repenser l’organisation des soins de manière à pouvoir faire face à la transformation des besoins médicaux et à la nécessaire mise en place de parcours coordonnés. En France, les besoins des patients se heurtent à l’organisation fortement cloisonnée de notre système de soins entre médecine de ville et hôpital. »

Autre point perfectible : « Le retard dans l’adoption des usages numériques : bien que le big data offre de fortes opportunités à la fois pour aider les patients dans leurs choix et les professionnels dans leurs pratiques et améliorer l’offre de soins en permettant de passer d’une approche sanitaire à une médecine prédictive et épidémiologique, il n’existe en France aucun système d’information permanent sur la qualité et la sécurité des soins. Les données de santé sont en effet insuffisamment exploitées et les outils numériques ne sont que peu développés. »

Ce décor planté, l’Institut Montaigne propose des axes d’évolution.

Parmi eux, deux retiennent tout particulièrement l’attention :

Faire de l’information et de la transparence sur la qualité des soins un levier fondamental de transformation au service des patients comme des citoyens
- Grâce à l’ouverture des données de santé, faire des patients des acteurs éclairés sur les facteurs de risque et le choix de leur parcours de soins.
- Mettre en place une véritable politique nationale de prévention primaire.
- Améliorer la transparence sur les résultats des établissements de santé comme des professionnels afin de stimuler la concurrence par la qualité.

Renforcer la pertinence, la qualité et l’efficience de l’offre de soins autour du patient
- Organiser des parcours de soins intégrés entre ville et hôpital, au service notamment du suivi des maladies chroniques.
- Favoriser la consolidation de la médecine de ville.
- Moderniser la formation des professionnels de santé.
- Faire évoluer la carte hospitalière pour suivre l’évolution des besoins des patients.
- Faire évoluer les modalités tarifaires pour valoriser la performance, la qualité et la coordination des acteurs.

Reste à voir si, et comment, cette feuille de route sera récupérée et interprétée par les futurs candidats à l’élection présidentielle.

Association à but non lucratif créée en 2000, l’Institut Montaigne réunit des chefs d'entreprise, des hauts fonctionnaires, des universitaires et des personnalités issues d’horizons divers. Il élabore des propositions concrètes autour de quatre axes de politiques publiques : action publique, cohésion sociale, compétitivité et finances publiques.





Les dernières réactions

  • 15/06/2016 à 15:48
    *141
    alerter
    C'est bizarre,cet Institut ne semble pas savoir qu'il existe 2 Secu en France,et que la 2eme, en Alsace Moselle, n'a jamais depuis 30 ans connu les problemes dont il parle.
    Alors qu'un autre Institut, l'Institut Terra Nova, l'a lui, tres bien noté,et propose une mesure d'extension a tout le territoire ,qui n'est meme pas évoquée par l'Institut Montaigne. Qui semble reunir toute la Nomenklatura de la classe dirigeante,mais pas derangeante.
  • 16/06/2016 à 07:18
    ppp
    alerter
    Ils ont oubliés la réanimation des politiques, qui sont à l'origine du problème.
  • 16/06/2016 à 23:18
    titusloustic
    alerter
    que de bla bla dans ces propositions sans reelle proposition concrète
    c'est dèjà ce que nous tous les professionnels de santé et pharmaciens essayons de faire

    je ne vois pas du tout une quelconque importance dans l'interet prété à cet institut Montaigne......

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...